retour article original

mardi 27 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption au Brésil
AFP, 12 juin 2005

Corruption : Semaine décisive dans la crise brésilienne liée aux scandales de pots-de-vin


Vue de Brasilia

BRASILIA (AFP) - La crise politique brésilienne déclenchée par des scandales de corruption entre dans une semaine décisive, avec des explications publiques attendues du président du Parti travailliste brésilien (PTB), Roberto Jefferson, qui avait révélé, la semaine dernière, une opération d’achat de votes de députés.

Brésil


La semaine dernière, le président du PTB avait accusé le trésorier du Parti des travailleurs (PT, au pouvoir), Delubio Soares, d’avoir payé des dessous de table mensuels de 30000 reais (10000 euros), entre 2003 et début 2005, pour acheter le soutien d’élus au Parlement. Dimanche 12 juin 2005, Roberto Jefferson a mis en cause directement José Dirceu, ministre en charge du cabinet de la présidence. Selon lui, José Dirceu, "est un des hommes qui ont mis en place cette caisse pour une répartition entre députés" du Parti populaire (PP, conservateur, de Severino Cavalcanti, président de la Chambre des députés) et du Parti Libéral (PL, du vice-président José Alencar). Selon Roberto Jefferson, les transactions "se faisaient en espèces". "L’argent arrivait à Brasilia dans des valises" et un publicitaire de Belo Horizonte "faisait la distribution".

Delubio Soares

Le président du PTB a indiqué qu’il n’avait pas de preuves sous forme d’enregistrements ou de photos, mais que l’opération d’achat de votes de députés était devenue l’objet "de conversations quotidiennes à la Chambre". Il a indiqué qu’il allait répéter toutes ces déclarations, mardi 14 juin 2005, à l’occasion de sa comparution devant la Commission d’éthique de la Chambre, convoquée à la demande des deux partis mis en cause, le PP et le PL. Interrogé par Folha, José Dirceu a affirmé que les accusations de Jefferson étaient "totalement infondées". Selon José Dirceu, Roberto Jefferson "veut se transformer en victime, mais il est en position d’accusé. La société ne peut pas accepter qu’il y ait des déclarations sans preuves".

Jose Dirceu

La série de déballages et de scandales qui touchent la politique brésilienne a commencé mi-mai avec la publication dans la presse de révélations sur un système de pots-de-vin dans les Postes brésiliennes, impliquant Roberto Jefferson. Les deux chambres ont formé un Commission d’enquête parlementaire sur le scandale des Postes. Le PT de Luiz Inacio Lula da Silva s’était opposé à la création de cette Commission mais a cédé à la pression de l’opinion après les premières révélations de Roberto Jefferson sur l’opération d’achats du vote de députés.

Roberto Jefferson

Le président Luiz Inacio Lula da Silva, fondateur il y a 25 ans du PT dont la bannière historique était la lutte contre la corruption, mal endémique de la politique brésilienne, s’est engagé à ne protéger personne et "à trancher dans le vif si nécessaire". Roberto Jefferson a pour l’instant épargné le président Luiz Inacio Lula da Silva. Il a affirmé, dimanche 12 juin 2005, que des ministres avaient trahi la confiance du président brésilien, et que José Dirceu avait mis en place un "piège" contre Luiz Inacio Lula da Silva.

Luiz Inacio Lula da Silva

La presse hebdomadaire du week-end estime que Luiz Inacio Lula da Silva va être contraint de procéder rapidement à un remaniement gouvernemental, dont pourraient être victimes José Dirceu, mais aussi des ministres accusés d’irrégularité, dont le président de la Banque centrale, Henrique Meirelles (qui a rang de ministre), objet d’une enquête pour fraudes fiscales.

Agence France Presse

Henrique de Campos Meirelles

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source