retour article original

vendredi 24 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Etats-Unis (7ème partie) : De janvier 2005 à décembre (...)
Le Temps, 15 juin 2005

Etats-Unis : Perversité à Guantanamo

par Etienne DUBUIS


L’hebdomadaire américain Time, toujours très bien informé dans le domaine de la sécurité, frappe cette semaine un grand coup. Entré en possession du journal de bord d’une équipe de militaires chargés des interrogatoires sur la base de Guantanamo, il raconte dans le détail les méthodes utilisées par les Etats-Unis pour faire parler leurs prisonniers de guerre islamistes.


Le document, estampillé « Secret Orcon » (ce qui signifie qu’il n’est pas censé être connu en dehors du service qui l’a produit), raconte, heure par heure, parfois minute par minute, le traitement infligé à un certain Mohammed Al-Qahtani, un jeune Saoudien arrêté en Afghanistan, en décembre 2001, et fortement soupçonné d’être le 20e pirate de l’air des attentats du 11 septembre 2001, le mystérieux terroriste qui, pour une raison toujours inconnue, n’a pas accompagné les autres dans leur mission-suicide.

Les Etats-Unis se trouvent face à un vieux dilemme : comment obtenir des renseignements cruciaux de prisonniers qui n’entendent pas parler et ont été entraînés à résister aux interrogatoires ? Le problème est d’autant plus complexe pour eux que l’usage de la torture se marie difficilement avec leur système politique, notamment la liberté de parole à laquelle ils sont habitués. Une première solution, mise en pratique, consiste à sous-traiter le travail à des pays alliés moins exposés à l’autocritique. Une seconde revient à inventer de nouvelles formes de pressions susceptibles de briser la résistance des captifs sans recourir à des violences physiques extrêmes. C’est elle que les Américains expérimentent à Guantanamo.

Le traitement relève pour l’essentiel de la manipulation mentale. Il a pour but de briser la personnalité du prisonnier (de lui « enlever toute autonomie », selon le jargon officiel), en le privant de ses repères et en lui ôtant toute estime de soi. Maintenu quotidiennement éveillé de 04h00 à 24h00, Mohammed Al-Qahtani est soumis à diverses techniques connues sous le nom de « Montée de peur/Féroce », « Fierté/Ego à terre », « Approche de la vanité » ou encore « Démarche des preuves détaillées ». Un jour, alors qu’il prétend faire la grève de la soif, il est réhydraté de force par un médecin qui lui inocule une quantité indéterminée de liquide. Une heure plus tard, il est pris d’un besoin irrépressible d’uriner et, comme il se refuse toujours à coopérer, est forcé de faire dans son pantalon.

Peu après, ayant reçu l’autorisation d’utiliser seize méthodes d’interrogatoire supplémentaires, les geôliers de Guantanamo font encore monter la pression sur l’islamiste en l’isolant pendant une période prolongée, en lui rasant les cheveux et la barbe, en le dénudant, en le terrorisant à l’aide de chiens, en lui imposant des « contacts physiques non blessants ». Au gré des changements d’humeur de leur prisonnier, qui montre bientôt des signes de folie, ils le soumettent à ce qu’ils appellent une « Invasion de l’Espace par une Femme ».

Des séquelles physiques apparaissent début décembre 2002 : le cœur du prisonnier bat si lentement que l’armée fait venir de toute urgence un radiologiste de Porto Rico. Mohammed Al-Qahtani a-t-il parlé ? L’enquête du Time ne le dit pas. Elle montre seulement qu’il a longtemps résisté.

Etienne DUBUIS

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Etienne DUBUIS

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source