retour article original

lundi 24 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives France (3ème partie) : De janvier à décembre 2005
AFP, 15 juin 2005

France : François Bayrou découvre la réalité néolibérale


VALENCIENNES (AFP) - François Bayrou, président de l’UDF, a entamé, mercredi 15 juin 2005, à Valenciennes, une "plongée en eaux profondes dans les réalités françaises", deux semaines après un référendum qui s’est traduit, selon lui, par "un vote de classe".


A preuve pour l’ancien candidat à la présidence de la République, un sondage CSA réalisé le jour du référendum sur la Constitution européenne et qu’il scrute dans le TGV le conduisant dans le Nord. Selon cette enquête, 71 % des ouvriers ont voté contre la Constitution, contre 33 % chez les cadres : des "bobos", traduit le président du parti le plus pro-européen de France. De 62 % à 63 % des non-diplômés ou titulaires d’un BEP ou CAP ont également voté non, contre 33 % chez les bac + 2 et plus. Pour M. Bayrou, "c’est un vote de classe !". Depuis, "on n’a rien changé. On a pris les mêmes pour recommencer", tempête-t-il, en faisant allusion au nouveau gouvernement de Dominique de Villepin.

Pour le président du parti centriste qui vient d’exclure de ses instances dirigeantes Gilles de Robien, en raison de sa participation au gouvernement (Education nationale), "il aurait fallu une rupture" avec les gouvernements de Jean-Pierre Raffarin. "On aurait pu faire appel à des personnalités de la société civile", voire "faire un gouvernement d’union nationale", avance M. Bayrou, qui aurait alors examiné, "dans un état d’esprit positif", son éventuelle participation au gouvernement.

"Deux France"

Pour comprendre ce "vote de classe", M. Bayrou a décidé de commencer par le Nord, pour être "dans le concret" d’un département qui compte 13,6 % de chômeurs (plus de 10 % de moyenne nationale) et qui a voté non à 62 %. Au foyer Alter Egaux d’Anzin, près de Valenciennes, qui accueille environ 150 personnes, ex-SDF ou immigrés, dans un bâtiment délabré, le directeur général du centre, Jean-Pol Fréché, prévient M. Bayrou : "ici, vous trouverez la France d’en bas, pas celle d’en haut", dit-il en reprenant une formule chère à l’ancien Premier ministre. Les pensionnaires du foyer ont tous le RMI (sauf quelques sans-papiers). Responsables du foyer et assistants sociaux se pressent autour du président de l’UDF. Celui-ci leur assure qu’il n’est pas de ces "politiques qui passent en coup de vent, entouré de caméras, pour vendre leur salade".

"Dans le Nord, il y a 70000 Rmistes, en hausse de 40 % depuis cinq ans", explique Eric Martinez, chargé de leur suivi à Valenciennes. Un autre assistant social, Matthieu Muzzolin, témoigne auprès de l’ancien ministre de l’Education nationale (1993-1997) des difficultés de jeunes illettrés. Tous évoquent les cloisonnements de l’administration, qui sont autant de freins à la réinsertion des personnes précaires et que la loi de Cohésion sociale de Jean-Louis Borloo entend corriger. Mais ce plan est un "empilement confus de mesures", estime M. Bayrou, certain que "ça ne peut plus continuer comme ça, avec deux France qui s’éloignent l’une de l’autre". Le président de l’UDF a l’intention de se rendre une à deux fois par semaine en région dans les mois à venir. Pour nourrir son projet pour 2007, lors de l’élection présidentielle à laquelle il devrait de nouveau être candidat.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source