retour article original

samedi 25 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Haïti (2ème partie) : Du 16 février 2004 au 29 février (...)
© SDA-ATS News Service, 20 février, 2004

Haïti : le gouvernement condamne les violences

Suivi de : "Les grandes lignes des propositions de paix pour Haïti", AP, 21 février 2004


Le leader des rebelles haïtiens Butteur Metayer lors d’un rassemblement à Gonaïves. La bande armée et les anciens militaires qui ont pris le contrôle de la ville du centre de l’île y ont proclamé, jeudi 19 février 2004, un "Etat indépendant".

PORT-AU-PRINCE - Le gouvernement haïtien a condamné, vendredi 20 février 2004, par la voix du secrétaire d’Etat à la Communication Mario Dupuy les violences commises à Port-au-Prince par des partisans armés du pouvoir contre des manifestants anti-gouvernementaux.


"Le gouvernement condamne ces actes de violence enregistrés à l’occasion de cette manifestation illégale", a déclaré le responsable haïtien. "L’action publique est déjà mise en mouvement contre les auteurs des violences d’où qu’ils viennent", a-t-il précisé. "Le gouvernement prend toutes les dispositions nécessaires pour que les festivités du carnaval puissent se dérouler en toute sécurité", a-t-il ajouté.

Douze personnes, dont un journaliste haïtien et un journaliste étranger, ont été blessées au cours de l’attaque de membres armés d’organisations populaires (OP) du parti au pouvoir contre des manifestants étudiants qui réclamaient la démission du président Jean-Bertrand Aristide.

Les OP Lavalas ont attaqué les étudiants à coups de pierres et de chevrotines de fusil de calibre 12. Le journaliste haïtien Claude Bellevue a été blessé au dos par un coup de chevrotine et un cameraman espagnol, dont on ignore l’identité, a été blessé par un coup de machette à l’oreille. Certains étudiants ont affirmé avoir averti la police 48 heures à l’avance de leur intention de manifester.

© SDA-ATS News Service

Rebelles à Hinche, le 17 février 2004

Les grandes lignes des propositions de paix pour Haïti

NEW YORK (AP) - Voici les grandes lignes des propositions de paix pour Haïti prévues par le plan Caricom présenté le 31 janvier 2004 et par une résolution de l’Organisation des Etats américains (OEA) approuvée jeudi 19 janvier.

Le plan international de sortie de crise présenté vendredi 20 janvier au président haïtien Jean-Bertrand Aristide et à l’opposition se base en grande partie sur ces propositions.

Le chef d’une ancienne milice d’extrême droite haïtienne, Louis-Jodel Chamblain (à gauche), dans les rues de Hinche, le 17 février 2004. Haiti a connu une nouvelle journée de violences, mercredi 18 février, après l’entrée en scène de Chamblain -qui fut au service de l’ancien dictateur Raoul Cedras au pouvoir de 1991 à 1994- aux côtés d’une rébellion qui a juré de renverser le président Jean-Bertrand Aristide.

- Poursuite du mandat de président de Jean-Bertrand Aristide.

- Nomination d’un Premier ministre neutre et indépendant jouissant de la confiance de la population, d’un conseil consultatif intérimaire à base large et d’un conseil électoral à base large chargé d’organiser des élections législatives.

- Obligation de rétablir l’ordre et de mettre en place des règles entourant les manifestations politiques.

- Libération des prisonniers politiques.

- Désarmement des gangs de rues affiliés à des courants politiques.

- Obligation pour l’opposition de condamner la violence et d’accepter des compromis.

- Obligation pour le gouvernement de réformer les forces de police et de renforcer le pouvoir judiciaire.

Associated Press

Rebelle à Gonaives, le 17 février 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, et si vous souhaitez promouvoir la politique d’intérêt général qu’il préconise, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source