retour article original

samedi 22 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives France (3ème partie) : De janvier à décembre 2005
AFP, 18 juin 2005

France : "Les salariés n’ont pas été entendus", selon Jean-Claude Mailly


Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de FO, a affirmé, samedi 18 juin 2005, sur Radio Classique, que les salariés n’avaient "pas été entendus", au lendemain du référendum, alors que selon lui tous les syndicats européens sont d’accords pour juger impératif "plus de social".


Revenant sur la victoire du non au référendum sur le traité constitutionnel européen, M. Mailly a fait valoir que s’était exprimé notamment "un vrai malaise social qui perdure", et cela à la faveur d’un positionnement "en termes de classes sociales", avec un non majoritaire chez les ouvriers, employés, cadres moyens, et chez les jeunes. "Il faut répondre à ce malaise", a insisté M. Mailly mais "les salariés ont à nouveau le sentiment de ne pas avoir été entendus : on n’est pas content" parce que "le retour est mauvais", a-t-il indiqué évoquant le discours de politique générale du Premier ministre.

M. Mailly a notamment réitéré sa demande d’un "coup de pouce" au smic, le 1er juillet 2005, qui excède la hausse prévue dans le cadre de l’harmonisation des smics (5,4 % ou 5,5 %), critiqué le projet de contrat nouvelle embauche "plus fragile qu’un CDI et pire qu’un CDD" et dénoncé les projets de contrôles renforcés des chômeurs. C’est pourquoi FO, qui n’entend "pas rester inerte" cet été, a pris "rendez-vous pour la rentrée" sur l’ensemble des sujets sociaux (pouvoir d’achat, emploi, assurance chômage, notamment) : "on donne rendez-vous aux 100 jours" a précisé M. Mailly, faisant allusion au délai que Dominique Villepin avait initialement fixé pour être jugé sur la première phase de son action.

S’agissant de la politique européenne, M. Mailly a estimé que si les gouvernements se montraient tentés par l’immobilisme, ce "serait un aveu d’échec". Il leur reproche "d’essayer de gagner du temps", alors qu’il conviendrait de répondre à l’exigence d’une "priorité sociale" au niveau européen. "Quelle construction européenne ? A quoi ça sert l’Europe", voilà les questions posées par les électeurs, selon le chef de file de FO pour qui ces dernières années "l’écroulement du système soviétique a pesé sur la construction européenne", avec des décideurs qui ont considéré qu’on "pouvait tout se permettre" : d’où une hégémonie renforcée du marché et des "droits sociaux qui courrent derrière".

M. Mailly a évoqué le débat au sein de la Confédération européenne des syndicats la semaine dernière, soulignant que par delà "les options différentes" liées au cadre national de l’action syndicale, "un point commun" s’était dégagé à la commission exécutive c"est qu’"il faut plus de social". Le secrétaire général de FO a estimé que pour l’avenir il y a "urgence" que la Confédération européenne des syndicats "se comporte plus en syndicat et moins en institution", la Confédération européenne des syndicats (qui avait appelé à soutenir le traité constitutionnel européen) n’ayant pas pour vocation de "suppléer les Etats".

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source