retour article original

jeudi 27 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption au Brésil
ATS, 24 juin 2005

Corruption : Luiz Inacio Lula da Silva promet de "faire le ménage" au Brésil


Vue de Brasilia

BRASILIA - Le président Luiz Inacio Lula da Silva a reconnu que le Brésil vivait des "moments critiques" dus aux dénonciations de corruption dans son entourage politique. Il a assuré que les enquêtes iraient jusqu’aux ultimes conséquences.

Brésil


"Dans des moments comme celui-ci, on a l’impression que tout se nivelle par le bas. On a l’impression que tout le monde est pareil. Mais ce ne sont que les apparences", a déclaré Luiz Inacio Lula da Silva dans un discours à la Nation radiotélévisé avant les actualités du soir. "Une enquête sérieuse (...) saura faire apparaître les mauvaises graines, saura séparer le Bien du Mal, le mensonge de la vérité. Et je vous le promets : si certaines personnes se sont mal conduites, j’utiliserai toute la force de la loi" pour les punir, a-t-il affirmé. Luiz Inacio Lula da Silva a réitéré dans son discours que l’avalanche de dénonciations était la conséquence des efforts que faisait son gouvernement pour combattre la corruption endémique dans le pays. Il a souligné que jamais autant de personnes (plus de mille en deux ans) n’avaient été arrêtées dans ce contexte. "La lutte contre la corruption (au Brésil) c’est comme faire le ménage dans une maison où on ne le faisait pas réellement depuis longtemps et où la saleté s’est accumulée. Plus on nettoie et plus la saleté apparaît : derrière la porte, sous les meubles, dans les armoires", a expliqué le président. "Notre gouvernement est un gouvernement qui ne cache pas la saleté sous le tapis", a-t-il dit.

Luiz Inacio Lula da Silva

Le Brésil vit, depuis la mi-mai, au rythme des dénonciations de corruption. Elles ont commencé avec la diffusion d’une bande video montrant un directeur des Postes en train de recevoir des pots-de-vin d’un industriel à qui il disait être couvert par le député Roberto Jefferson, leader d’un parti de la coalition gouvernementale. M. Jefferson a ensuite accusé le Parti des Travailleurs (PT) de Lula d’avoir versé des dessous de table à des députés en échange de leur appui au parlement. Cette crise a abouti, le 17 juin 2005, à la démission de José Dirceu, le ministre en charge du cabinet présidentiel. Plusieurs instances parlementaires enquêtent sur les dénonciations.

Agence télégraphique suisse

Jose Dirceu

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source