retour article original

dimanche 28 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Haïti (2ème partie) : Du 16 février 2004 au 29 février (...)
AFP, 21 février 2004

Un journaliste haïtien grièvement blessé par balles à Cap-Haïtien


Scène de rue à Cap-Haïtien

Le directeur d’une station de radio haïtienne a été grièvement blessé par balles, samedi 21 février 2004, par un tireur anonyme à Cap-Haïtien, la deuxième ville d’Haïti actuellement menacée par des insurgés armés, selon l’association des journalistes haïtiens.

Policiers à Cap-Haïtien, le 18 février 2004


Une radio haïtienne avait initialement annoncé que Pierre Elisem, propriétaire et directeur de Radio Hispanola, qui diffuse dans le nord d’Haïti, avait été tué. Le secrétaire général de l’association des journalistes, Guyler Delva, a ensuite précisé qu’il se trouvait dans "un état grave".

Radio Métropole, dont M. Elisem est un correspondant, a précisé qu’il avait été touché par deux balles, l’une au cou, l’autre au ventre alors qu’il se trouvait à bord de sa voiture. Il se rendait à Trou-du-Nord, près de Cap-Haïtien. Toujours selon cette source, il avait reçu des menaces de partisans du pouvoir depuis quelques jours.

Les insurgés avaient annoncé vendredi 20 février leur intention d’attaquer durant le week-end Cap-Haïtien, dont l’agglomération est peuplée d’environ un million de personnes.

Policiers en tenue anti-émeute, dans les rues de Port-au-Prince, le 21 février 2004

Deux journalistes, un Haïtien et un caméraman mexicain, avaient été blessés vendredi à Port-au-Prince lorsque des partisans du parti Famille Lavalas au pouvoir avaient pris à partie des manifestants qui réclamaient le départ du président Jean-Bertrand Aristide. Le caméraman, à l’identité non révélée, a été blessé à l’oreille par un coup de machette. Son confrère haïtien, Claude Bellevue, de Radio Ibo, une radio privée de Port-au-Prince, a reçu une balle dans le dos.

Manifestant blessé par les sbires de Jean-Bertrand Aristide, à Port-au-Prince, le 20 février 2004

Selon M. Delva et l’organisation Reporters sans frontières, des dizaines de journalistes ont été la cible de violences à Haïti depuis janvier. "Avant, ils faisaient l’objet de harcèlement ou d’actes de violence mineurs. Aujourd’hui, on leur tire dessus", a-t-il déclaré. Selon lui, la plupart de ces violences sont le fait de partisans du président Jean-Bertrand Aristide, qui veulent intimider des journalistes qu’ils souçonnent de favoriser l’opposition.

Agence France Presse

Manifestation anti-Aristide, à Port-au-Prince, le 21 février 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, et si vous souhaitez promouvoir la politique d’intérêt général qu’il préconise, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source