retour article original

dimanche 25 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Etats-Unis (7ème partie) : De janvier 2005 à décembre (...)
ATS, 28 juin 2005

Etats-Unis : Un expert de l’ONU évoque des "bateaux-prisons" secrets


VIENNE - Des accusations "très sérieuses" laissent penser que des prisonniers soupçonnés de terrorisme sont détenus sur des bateaux-prisons secrets américains. Le rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Manfred Nowak, l’a affirmé.


"Il existe de très, très sérieuses accusations selon lesquelles les Etats-Unis entretiennent des camps secrets notamment sur des bateaux" qui évolueraient sur l’Océan indien, a déclaré l’expert autrichien. "Il ne s’agit que de rumeurs mais elles apparaissent suffisamment fondées pour mériter une enquête officielle", a ajouté Manfred Nowak.

Jeudi 23 juin 2005, M. Nowak et trois autres experts de l’ONU chargés des droits de l’Homme avaient annoncé, à Genève, l’ouverture d’une enquête sur les détenus de Guantanamo, un an après avoir introduit une demande de visite sur la base américaine à Cuba, et dans d’autres lieux de détention à travers le monde. "Nous avons accepté, à la demande du Département d’Etat et du Pentagone, de limiter dans un premier temps notre enquête à Guantanamo, mais même ainsi nous n’avons pas reçu de réponse positive", a déploré M. Nowak.

Quelque 520 personnes soupçonnées de terrorisme sont actuellement détenues sans procès à Guantanamo. D’autres pourraient l’être dans des camps dont les Etats-Unis n’ont pas reconnu l’existence, selon l’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty international.

Agence télégraphique suisse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source