retour article original

jeudi 22 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (17ème partie) : De mai 2005 à décembre 2005
Reuters, 3 juillet 2005

Irak : Le régime tortionnaire de Bagdad reconnaît que des sévices sont pratiqués dans ses prisons

Suivi d’un commentaire


BAGDAD (Reuters) - Le gouvernement irakien a reconnu que certains membres de ses forces de sécurité avaient pu être responsables des mêmes actes de torture qui avaient cours sous Saddam Hussein.


Laïs Koubba a attribué ces pratiques à des habitudes de violence héritées de l’époque de l’ancien président irakien. "Ces choses arrivent. Nous le savons", a déclaré Laïs Koubba, lors d’une conférence de presse, quand on l’a interrogé sur des informations du journal britannique Observer, au sujet d’escadrons de la mort et de centres de torture secrets. "Mais cela ne se produit pas parce que le gouvernement l’approuverait ou en aurait fait sa politique", a-t-il précisé, en ajoutant que le gouvernement était préoccupé par l’existence de telles pratiques et avait commencé à chercher des solutions à ce problème. Il a affirmé que les autorités irakiennes formaient la police et l’armée au respect des droits de l’homme. "Mais la théorie est une chose et la pratique en est une autre", a-t-il dit, en précisant que des décennies de violences avaient rendu la société irakienne plus violente. "En fin de compte, je suis navré de devoir dire que nous vivons dans une société qui accepte ces violences. La culture de la violence s’est répandue."

Il y a six mois, l’organisation Human Rights Watch a affirmé que les sévices étaient monnaie courante dans les centres de détention gérés par les forces irakiennes. Washington et Londres, qui ont tous deux été éclaboussés par des scandales de sévices infligés à des détenus irakiens, ont fait part de leur préoccupation, notamment dans un contexte de menace de guerre civile du fait des tensions interethniques dans le pays.

De son côté, le ministère irakien de l’Intérieur a démenti tout encouragement officiel de ces pratiques. "Nous ne souhaitons pas que l’histoire se répète. Nous, les Irakiens, avons été torturés. Nous ne voulons pas revenir en arrière", a dit Ahmed Ali Al-Khafadji, le vice-ministre de l’Intérieur.

Reuters

Commentaire

Si le gouvernement irakien était réellement désireux de mettre un terme aux exactions de ses services de sécurité, il ferait arrêter, destituer et fusiller les responsables de ces services, au lieu de se contenter de geindre hypocritement sur l’air de "nous n’y pouvons rien". En réalité, le gouvernement irakien est le donneur d’ordre des tortionnaires. Des détenus ont été torturés jusque dans les jardins du ministère de l’Intérieur, à Bagdad.

Frank BRUNNER

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source