retour article original

dimanche 25 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (12ème partie) : De juin 2005 à décembre (...)
AP, 5 juillet 2005

Proche Orient : Près de 45000 soldats et policiers seront déployés pendant le retrait de Gaza


JERUSALEM (AP) - Près de 45000 soldats et policiers seront déployés dans la bande de Gaza pour procéder à l’évacuation des colonies juives, à partir de la mi-août 2005, ont annoncé le ministre israélien de la Défense, Shaul Mofaz, et le chef de la police, Moshe Karadi.


"Environ 41000 soldats, hommes et femmes et 3800 policiers" seront déployés, a expliqué M. Mofaz lors d’une réunion devant la Knesset (Parlement) à Jérusalem, pour informer députés, représentants des colons et du gouvernement sur le "désengagement" de vingt-et-une colonies à Gaza et quatre en Cisjordanie. Les soldats seront positionnés en cercles, six au total. Les policiers seront majoritaires dans le premier cercle, intérieur, tandis que soldats et policiers composeront le dernier, le plus situé à l’extérieur, selon M. Mofaz. Dix-sept bataillons de réservistes remplaceront les conscrits. Près de 4000 policiers participeront directement aux opérations de retrait, tandis que des effectifs supplémentaires sont prévus pour gérer les cas de désobéissance civile par les opposants au retrait.

Quelque 9000 colons vivent dans les secteurs concernés. Les incidents qui se sont multipliés ces dernières semaines font prévoir une résistance violente de leur part et les autorités israéliennes ont opté pour un dispositif de sécurité massif. Environ 30000 soldats devaient initialement participer à l’opération, avaient expliqué des responsables israéliens de la sécurité. Mais les effectifs, a précisé l’un d’entre eux, ont été renforcés car le retrait doit s’étaler sur une période plus courte : quatre semaines au lieu de douze.

Le Premier ministre, Ariel Sharon, a souligné que le désengagement se déroulerait conformément au calendrier prévu et lancé un avertissement à ceux qui seraient tentés par la violence. "Protester et manifester, c’est acceptable, mais l’Etat d’Israël refusera qu’on bloque les routes, qu’on projette des clous ou de l’huile sur la chaussée ou qu’on frappe des policiers et des soldats. Nous ne l’accepterons pas, d’aucune façon", a-t-il martelé.

Le chef d’état-major israélien, le général Dan Lutz, a conseillé aux soldats de ne pas désobéir aux ordres d’évacuation. "Nos commandants doivent comprendre que le défi auquel ils sont confrontés n’est pas moins difficile que combattre l’ennemi", a-t-il dit. En l’occurence, "il ne s’agit pas d’un ennemi, mais si les gens commencent à choisir les missions qui leur conviennent, que deviendrons nous ?", s’est-il interrogé.

D’après le ministre de la Justice Meni Mazuz, un millier de manifestants ont été interpellés, au cours des dernières semaines, lors de manifestations de colons sur les principaux axes routiers du pays, "pas seulement des gens qui agitaient des banderoles mais des gens en possession de bouteilles de gaz et qui projetaient de les faire exploser" sur une autoroute à l’heure de pointe. "Ce n’est pas un moyen de résistance légitime dans une démocratie, dans aucun pays", a déclaré le ministre.

Ariel Sharon a, lui, indiqué avoir rappelé à l’Autorité palestinienne qu’il répliquerait "durement" si des Palestiniens tentaient de s’en prendre aux colons ou aux soldats durant le retrait. "Si l’évacuation se fait sous le feu, notre réponse sera très dure, peut-être si dure qu’elle détruira tout le processus", a-t-il dit. Mais si "l’évacuation ne se fera pas sous le feu, je n’ai pas l’intention qu’elle n’ait pas lieu", a ajouté M. Sharon. Le principe, a renchéri M. Mofaz, "est que le feu (palestinien) sera stoppé, pas le désengagement". Le ministre de la Défense et le ministre palestinien de l’Intérieur, Nasser Youssef, doivent se rencontrer, mardi 5 juillet 2005 au soir, pour discuter de la coordination entre leurs forces de sécurité, selon des responsables palestiniens.

Parallèlement, Yonathan Bassi, le chef de l’agence gouvernementale supervisant les aspects civils du retrait, a déclaré avoir reçu 396 requêtes d’indemnisation. Le gouvernement a prévu une enveloppe équivalant à 778 millions d’euros pour compenser le départ des colons. Mais le nombre de dossiers reste faible par rapport aux 1800 familles concernés par le retrait.

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source