retour article original

dimanche 25 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Etats-Unis (7ème partie) : De janvier 2005 à décembre (...)
AFP, 8 juillet 2005

Etats-Unis : Des cas de sévices sur prisonniers pas signalés par le personnel médical


Dans quelques cas, des membres du personnel médical, témoins de sévices perpétrés par des soldats américains sur des prisonniers, en Irak, ne les ont pas signalés à la hiérarchie, a reconnu, jeudi 7 juillet 2005, un haut responsable militaire américain.


L’armée de terre américaine a procédé, de novembre 2004 à avril 2005, à un examen du travail du personnel médical dans les centres de détention militaires, en Afghanistan, à Guantanamo (Cuba) et en Irak, a précisé le général Kevin Kiley, chef des services de santé de l’armée de terre, lors d’une conférence de presse au Pentagone. Sur 1000 membres du personnel interrogés, 32 ont affirmé qu’ils avaient observé ce qui pouvait être considéré comme des sévices et sur ce nombre, 26 l’ont signalé à leur hiérarchie, a indiqué le général Kiley.

"La majorité du personnel médical interrogé n’a pas observé de sévices. Et à quelques exceptions près, le personnel médical qui a observé des abus présumés l’a signalé", a déclaré le général Kiley. Il a précisé que les cas de sévices présumés qui n’avaient pas été signalés par six membres du personnel médical "s’étaient produits dans des unités médicales en Irak". Ces six personnes ont déclaré qu’elles ne l’avaient pas signalé parce qu’elles jugeaient qu’elles "n’avaient pas besoin de le faire" et qu’elles pouvaient "régler le problème elles-mêmes", a-t-il ajouté. Les sévices étaient par exemple "des détenus obligés de rester sur le tarmac (d’un aéroport) sous le soleil", a dit le général Kiley.

Le général a également affirmé que l’équipe d’enquêteurs n’avait "pas trouvé de preuve de problèmes systématiques dans le traitement médical des détenus" et que "le traitement médical reçu par les détenus était bon". Il a toutefois reconnu des cas où le personnel médical n’avait pas respecté les règles, "en laissant tomber un peu trop brutalement un brancard ou en retardant l’adminstration de médicaments anti-douleur jusqu’à la dernière minute". Il a aussi affirmé qu’"aucune preuve n’avait été trouvée" sur des dossiers médicaux de détenus que le personnel médical aurait donné à des interrogateurs pour exploiter leur vulnérabilité. L’enquête consistait à obtenir des informations sur la politique et les procédures médicales envers les prisonniers, la gestion des dossiers médicaux des prisonniers, le signalement de sévices sur des prisonniers et la formation du personnel médical en la matière, a-t-il précisé.

Un article du New England Journal of Medecine, publié en juin 2005, affirme que des dossiers médicaux des détenus de Guantanamo ont été systématiquement utilisés par les interrogateurs pour exploiter leurs vulnérabilités, en violation du secret médical.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source