retour article original

vendredi 26 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Haïti (2ème partie) : Du 16 février 2004 au 29 février (...)
© SDA-ATS News Service, 24 février 2004

L’opposition haïtienne obtient un délai supplémentaire pour se prononcer sur un plan international de règlement de la crise


Des US Marines viennent d’atterrir à l’aéroport de Port-au-Prince, le 23 février 2004. Ils ont pour mission d’assurer la protection de l’ambassade des Etats-Unis et des diplomates américains

PORT-AU-PRINCE - L’opposition politique et civile au président haïtien Jean-Bertrand Aristide a obtenu un jour de plus pour se prononcer sur un plan international de règlement de la crise. Initialement, elle devait prendre position avant 23h00 lundi 23 février 2004.


A Port-au-Prince, une cinquantaine de Marines sont arrivés pour renforcer la sécurité de l’ambassade américaine, alors que plusieurs pays ont invité leurs ressortissants à quitter Haïti. Toutefois, la présence des militaires américains "n’est pas le prélude à un ordre d’évacuation", a affirmé le Pentagone.

Le secrétaire d’Etat américain Colin Powell "nous a demandé d’attendre encore 24 heures avant de lui faire savoir si nous changeons notre position concernant le départ d’Aristide", a déclaré un dirigeant de l’opposition, Evans Paul. "Nous avons accepté ce délai", a-t-il ajouté.

Marie-Denise Claude, André Apaid et Evans Paul, le 12 février 2004

Il a précisé que Colin Powell avait promis de "s’impliquer personnellement" dans la recherche d’un compromis. "Nous espérons qu’(il) viendra dans les prochaines 24 heures avec ce dont nous avons besoin", a précisé un autre responsable de l’opposition, Charles Baker.

Colin Powell, à Washington, le 13 février 2004

Jusqu’à présent, l’opposition refuse catégoriquement tout plan qui n’inclurait pas un départ du président Aristide, responsable selon elle de tous les maux d’Haïti et dont le mandat s’achève en février 2006. "Le départ de Jean-Bertrand Aristide reste le premier élément pour trouver une solution à la crise", ont réaffirmé les opposants.

La communauté internationale (Etats-Unis, France, Canada, Organisations des Etats américains et Caricom, la communauté des pays de la Caraïbe) a soumis lundi à l’opposition une version amendée de son plan initial. Approuvé samedi par le président Aristide, il intègre des "garanties" internationales pour son application.

Le texte amendé laisse la porte ouverte à l’examen d’un départ du président haïtien si ce dernier ne remplissait pas ses engagements. Il prévoit le déploiement d’une "présence internationale" en matière de sécurité en Haïti afin d’accompagner une normalisation de la situation, selon des diplomates.

Lundi, l’opposition a présenté un "contre-plan" prévoyant un départ du pouvoir le 18 mars d’Aristide, après une série d’étapes conduisant pacifiquement à un transfert de pouvoirs.

© SDA-ATS News Service

Manifestation anti-Aristide, à Port-au-Prince, le 15 février 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, et si vous souhaitez promouvoir la politique d’intérêt général qu’il préconise, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source