retour article original

vendredi 24 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales
Reuters, 14 juillet 2005

Informations internationales : Kofi Annan plaide pour une réforme rapide de l’ONU


Vue du siège de l’ONU, à New York

NATIONS UNIES (Reuters) - Kofi Annan se prononce en faveur d’un élargissement rapide du Conseil de sécurité des Nations Unies en raison de l’actuel "déficit de démocratie" à l’ONU, prenant ainsi le contre-pied des Etats-Unis. Le secrétaire général de l’ONU souhaiterait que l’Assemblée générale prenne une décision à ce sujet avant sa prochaine réunion plénière de septembre 2005.

Le Conseil de sécurité de l’ONU


Quatre pays (Allemagne, Brésil, Inde et Japon) ont présenté un projet de résolution visant à faire passer de 15 à 25 le nombre de sièges au sein du Conseil de sécurité mais les Etats-Unis ont prévenu, mardi 12 juillet 2005, qu’ils ne jugeaient pas nécessaire l’organisation d’un vote pour l’instant. "Je pense qu’il nous faut tous reconnaître que le Conseil pourrait être plus démocratique et plus représentatif", a déclaré Kofi Annan, à l’issue d’un déjeuner avec les membres du Conseil de sécurité. "Il y a un déficit de démocratie dans la gouvernance de l’ONU qu’il faut corriger." "Bien sûr, il revient aux membres de déterminer s’ils continueront à laisser la taille altérer la démocratie et la représentativité", a-t-il ajouté, en soulignant que l’ONU "donne des leçons de démocratie à travers le monde". "Je pense qu’il est temps de nous les appliquer à nous-mêmes et de garantir une réelle représentation", a insisté Kofi Annan.

Kofi Annan

L’Allemagne, le Brésil, l’Inde et le Japon, regroupés au sein d’une structure informelle baptisée G4, ont lancé une offensive diplomatique en direction de l’Afrique, afin d’obtenir le soutien indispensable des 53 membres de l’Union africaine à leur résolution. Ce projet vise à ajouter six membres permanents, eux-mêmes et deux pays africains, aux cinq déjà présents au sein du Conseil de sécurité (Etats-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne et France). La question de leur attribution d’un droit de veto, dont disposent déjà les cinq membres permanents actuels, serait laissée en suspens pendant 15 ans. Le nombre de membres non-permanents passerait quant à lui de 10 à 14. Les ministres des Affaires étrangères du G4 espèrent rencontrer, dimanche 17 juillet ou lundi 18 juillet 2005, leurs homologues du Nigeria et du Ghana, qui représentent l’Union africaine, si un compromis leur semble possible. Jean Ping, président de l’Assemblée générale, pourrait servir de médiateur : il a rencontré les ministres nigérian et ghanéen, mercredi 13 juillet, et il rencontrera ceux du G4 dimanche 17 juillet 2005.

Jean Ping

L’Union africaine a également rédigé un projet de réforme du Conseil de sécurité, quasiment identique à celui du G4 à quelques différences près : l’Union africaine insiste notamment sur l’attribution de droits de veto aux nouveaux membres permanents ; elle souhaite aussi ajouter cinq membres non permanents (contre quatre pour le G4). Un troisième projet circule à l’ONU, même s’il n’a pas été officiellement présenté. Il a été préparé par un groupe baptisé "Unis pour le consensus", au sein duquel l’Italie joue un rôle de premier ordre. Il s’agirait de ne pas augmenter le nombre de membres permanents mais d’élire 20 nouveaux membres non permanents.

Toute réforme doit recueillir une majorité des deux tiers des 191 membres de l’Assemblée générale pour être approuvée, mais les cinq membres permanents du Conseil pourraient ensuite opposer leur veto à toute modification de la Charte de l’ONU, nécessaire à l’entrée en vigueur d’une telle réforme.

Reuters

L’Assemblée générale de l’ONU

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source