retour article original

lundi 21 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (12ème partie) : De juin 2005 à décembre (...)
Reuters, 15 juillet 2005

Proche Orient : Série d’assassinats israéliens ciblés contre le Hamas


GAZA (Reuters) - Renouant ostensiblement avec sa politique d’assassinats ciblés, Israël a exécuté sept membres du Hamas, vendredi 15 juillet 2005, à Gaza et en Cisjordanie, en riposte à des tirs de roquettes qui avaient tué, la veille, une civile israélienne, dans le sud d’Israël.


Le Hamas a réagi aux attaques combinées d’hélicoptères qui ont visé ses membres en annonçant qu’il reconsidérait son engagement envers la trêve de facto observée par les mouvements de résistance, depuis février 2005, à la demande du président palestinien, Mahmoud Abbas, et qui paraît aujourd’hui plus en danger que jamais.

Le premier tir mortel de roquette contre Israël en cinq mois a été revendiqué conjointement par les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa et le Hamas. Il a été condamné par le président de l’Autorité palestinienne, qui a décrété l’état d’urgence et ordonné à sa police de faire cesser les tirs. De violents combats entre la police palestinienne et les hommes armés du Hamas se sont produits, dans leur fief de Zeïtoun, dans le nord de Gaza. Les forces de sécurité palestiniennes, arrivées à bord de blindés pour neutraliser les sites des tirs de roquettes, ont été accueillies à coups d’armes anti-chars et de grenades. Les choses ont fini par se calmer, vendredi 15 juillet 2005 au soir, mais on a dénombré deux morts, deux jeunes passants, et 26 blessés, dont six policiers, les autres victimes étant aussi des civils pris entre deux feux.

Mahmoud Abbas a proclamé l’état d’urgence à Gaza, mais, dans un geste de défi, le Hamas a continué à tirer des roquettes contre des colonies juives du territoire et des kibboutz du nord d’Israël, sans faire de victimes. Israël, qui avait lancé avant l’aube une série de raids aériens contre des cibles matérielles du Hamas, ne faisant aucune victime, a envoyé, dans l’après-midi, ses hélicoptères en mission d’assassinats ciblés contre des véhicules transportant des résistants notoires. Quatre résistants du Hamas ont ainsi été tués à Gaza, et trois autres en Cisjordanie, dans un vallon situé entre la colonie juive d’Ariel et la ville palestinienne de Salfit qui sert habituellement de cache aux Palestiniens traqués par Israël, selon un habitant du secteur.

Israël avait fait connaître son intention de reprendre sa politique d’assassinats ciblés à la suite de l’attentat suicide du Jihad islamique qui a coûté la vie à cinq israéliens -deux femmes, deux jeunes filles et un soldat-, mardi 12 juillet, dans la station balnéaire de Netanya, au nord de Tel Aviv.

Dès mercredi 13 juillet 2005, des incursions de l’armée israélienne avaient visé le Jihad à Tulkarem, d’où venait le jeune kamikaze de Netanya, et à Naplouse, où le chef local du groupe a été abattu, une mort que les tirs de roquettes contre Israël, quelques heures plus tard, était censés venger.

Cet engrenage de la violence complique la donne pour Ariel Sharon, qui s’est donné pour tâche de mener à bien, en août, un retrait ordonné de Gaza -c’est-à-dire à l’abri du feu et des attentats- et ce, contre la volonté des extrémistes et colons juifs, minoritaires mais résolus. Bien qu’elle soupçonne qu’il ne vise qu’à mieux renforcer la mainmise israélienne sur la Cisjordanie, l’Autorité autonome palestinienne voit ce retrait d’un bon oeil et avait obtenu, en février 2005, des groupes résistants, une trêve, notamment l’arrêt des attentats en territoire israélien, pour qu’il se passe sans heurts.

Mais "l’accalmie est emportée par le vent et l’ennemi sioniste en est responsable", a déclaré, vendredi 15 juillet 2005, Mouchir Al-Masri, porte-parole du Hamas. Pour le mouvement, Israël s’est "ouvert les portes de l’enfer" avec la reprise de ses assassinats ciblés, suspendus depuis cinq mois.

Reuters

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source