retour article original

jeudi 23 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption au Brésil
AFP, 17 juillet 2005

Corruption : L’ex-trésorier du Parti des Travailleurs brésilien évoque une caisse noire


Vue de Sao Paulo

RIO DE JANEIRO (AFP) - Les dénonciations de corruption qui secouent le Brésil depuis deux mois ont abouti à révéler une opération de financement illégal du Parti des travailleurs (PT) et de partis alliés du gouvernement de Luiz Inacio Lula da Silva, reconnue ouvertement pour la première fois, ce week-end, par l’ex-trésorier du PT, Delubio Soares.

Brésil


Delubio Soares et la nouvelle direction du PT continuent toutefois de nier que ce financement, effectué par l’intermédiaire du publicitaire Marcos Valerio, ait servi à payer des députés en échange de leurs votes en faveur du gouvernement, accusation à l’origine de la crise politique. Dans une interview à TV Globo, M. Soares a révélé qu’il avait emprunté 39 millions de réais (14 millions d’euros), en deux ans, à Marcos Valerio, pour solder les dépenses électorales du PT lors des élections générales de 2002 et financer la campagne des élections municipales de 2004. "Tout s’est passé entre moi et lui, j’ai signé un document particulier avec lui", a souligné M. Soares, qui a assuré que les autres responsables du parti ou du gouvernement n’étaient pas impliqués dans l’opération. "J’assume comme ex-trésorier du PT devant la nation : nous avons eu pendant la période 2003 et 2004 de l’argent non comptabilisé". Il a affirmé qu’au Brésil, ce genre de financement existait "dans tous les partis".

Delubio Soares

Ces déclarations vont dans le même sens que celles faites, la veille, par Marcos Valerio, à la télévision. Lui aussi a changé le contenu de ses déclarations précédentes, notamment celles faites devant la Commission parlementaire d’enquête (CPI), et reconnu que ses entreprises publicitaires avaient servi de façade au financement du PT, à la demande de Delubio Soares. Les emprunts bancaires "ont été faits au nom de mes entreprises et reversés au Parti des travailleurs", a reconnu Marcos Valerio.

Marcos Valerio

Marcos Valerio et Delubio Soares avaient été dénoncés, le 6 juin, comme les principaux opérateurs d’un système d’achat de votes de députés, par Roberto Jefferson, député du Parti travailliste brésilien (PTB), allié du gouvernement. L’affaire des "mensualités" payées à des députés a notamment entraîné, le 16 juin, la démission du ministre José Dirceu, en charge du cabinet présidentiel, puis celle du président du PT, José Genoino, le 9 juillet. Delubio Soares, qui a démissionné, le 5 juillet, de son poste de trésorier du PT, a assuré que ni José Dirceu, ni José Genoino n’avaient participé à la mise en place de la caisse noire, ni à la distribution de l’argent. Il a également nié que les sommes indiquées aient servi à l’achat de votes de députés. "Cette histoire de mensualités n’est pas véridique, c’est un mensonge. Il n’y a pas eu d’achat de votes, ni achat de députés pour voter en faveur du gouvernement". Une nouvelle révélation, faite par le journal Estado de Sao Paulo, est toutefois venue, dimanche 17 juillet 2005, alimenter cette accusation.

Roberto Jefferson

La Commission parlementaire d’enquête (CPI) sur le scandale des Postes a reçu une liste de 22 députés bénéficiaires des "mensualités", parmi lesquels le président de la Chambre des députés lui-même. Cette liste a été fournie par un ex-permanent du Parti populaire (PP, droite), auquel appartient le président de la Chambre, Severino Cavalcanti. Elle comprend les noms de 18 députés du PP, deux du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB, centre), un du Parti travailliste brésilien (PTB, centre-droit) et un du Parti libéral (PL, droite), partis alliés du gouvernement de Luiz Inacio Lula da Silva.

Agence France Presse

Severino Cavalcanti

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source