retour article original

mardi 21 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (17ème partie) : De mai 2005 à décembre 2005
AFP, 23 juillet 2005

Irak : Les sunnites boycottent le comité de la Constitution


BAGDAD (AFP) - Le comité de rédaction de la Constitution irakienne, s’est réuni, samedi 23 juillet 2005, sans les représentants sunnites, hostiles à l’instauration d’un Etat fédéral, alors que la chancellerie algérienne est toujours sans nouvelles de ses deux diplomates enlevés.


"Aucun représentant sunnite ne s’est présenté ce matin à la séance de travail du comité de rédaction de la Constitution", a affirmé Ayad Sammarai, porte-parole du Parti islamique, l’un des principaux partis politiques sunnites. La réunion du comité de rédaction s’est ouverte, à 10h30, en leur absence, mais un collaborateur du président de cette instance a indiqué que "les délégués sunnites avaient envoyé des assistants pour s’informer des résultats des travaux et prendre les documents publiés durant la séance". La date limite fixée par la loi fondamentale, pour l’adoption du texte par le Parlement, est le 15 août, et un référendum doit être organisé avant le 15 octobre 2005.

Sur les 71 membres du comité de rédaction de la Constitution, 17 sont des sunnites. Deux d’entre eux, ainsi qu’un de leur conseiller, ont été tués, mardi 19 juillet, dans une fusillade en plein coeur de Bagdad. Après les assassinats de mardi 19 juillet, les représentants sunnites avaient décidé de suspendre leur participation aux travaux du comité et posé plusieurs conditions à leur retour. Ils demandent notamment l’ouverture d’une enquête internationale sur l’assassinat de leurs collègues, un renforcement des mesures de protection des rédacteurs, et un abandon de toute référence au fédéralisme, voulu par les Kurdes et certains chiites. Dans une lettre adressée, jeudi 21 juillet 2005, au président de la commission chargé de rédiger le projet de la Constitution, cheikh Houmam Hammoudi, un chiite, les représentants d’une cinquantaine de formations sunnites ont demandé de "réviser les articles mentionnés dans le projet de Constitution et qui conduisent à la division du pays".

Le boycottage par les sunnites, qui représentent environ 20 % de la population, risque d’entâcher la légitimité de la Constitution et de poser un problème lors du référendum qui doit l’entériner. Selon la loi fondamentale, pour entrer en vigueur, la Constitution doit être adoptée à la majorité absolue et à condition que trois provinces sur les 18 que comptent le pays ne l’aient pas rejetée par les deux-tiers des voix. Or les sunnites sont majoritaires dans les gouvernorats d’Al-Anbar, Salaheddine et Mossoul.

La chancellerie d’Algérie à Bagdad a indiqué, samedi 23 juillet, à l’AFP, n’avoir toujours aucune nouvelle du chargé d’affaires Ali Belaroussi, 62 ans, et du diplomate Azzedine Belkadi, 47 ans, enlevés, jeudi 21 juillet 2005, dans la capitale irakienne par des hommes armés.

Un soldat irakien a par ailleurs été tué et trois autres blessés, dans l’ouest de Sammara, à 09h00 lorsqu’une bombe a explosé au passage de leur patrouille, a indiqué le lieutenant colonel Mahmoud Mohammed, de la police. Toujours à Samarra, quatre civils, dont un enfant ont été tués et onze autres blessés, lors d’affrontements entre forces de sécurité irakiennes et résistants, qui ont débuté vendredi 22 juillet après-midi et se sont poursuivis jusqu’à samedi 23 juillet 2005 au matin, a-t-il précisé.

Cinq ouvriers, qui effectuaient des travaux dans une maison bombardée lors de l’invasion de l’Irak, en mars 2003, dans le centre de Najaf, ont été blessés lors de l’explosion d’une bombe américaine enfouie dans les ruines, à 09h30, ont annoncé la police et les autorités de la ville.

Le Premier ministre irakien, Ibrahim Jaafari, a exprimé, samedi 23 juillet 2005, au nom de son gouvernement, sa "profonde sympathie" et présenté ses condoléances aux familles des victimes des attentats de Charm-el-Cheikh, dans un communiqué. "Nous souhaitons que les forces armées égyptiennes remportent leur combat contre le cancer du terrorisme, qui menace la paix dans le monde entier", a-t-il ajouté.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source