retour article original

samedi 19 août 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Israël
Reuters, 26 juillet 2005

Corruption : Omri Sharon inculpé dans l’affaire des finances du Likoud, en Israël


Vue du parlement israélien, à Jérusalem

JERUSALEM (Reuters) - Le ministère israélien de la Justice a inculpé, mardi 26 juillet 2005, le fils du Premier ministre, Ariel Sharon, dans le cadre d’une enquête sur le financement illégal d’une campagne politique, affaire qui nourrit la colère des ultranationalistes juifs opposés au retrait de la bande de Gaza.

Israël


Le procureur général, Menachem Mazuz, avait prononcé un non-lieu pour Ariel Sharon, dans la même affaire, en février. Mais il a annoncé que son fils, Omri, serait notamment inculpé de fraude, d’abus de confiance et de parjure. L’acte d’accusation, dont Reuters s’est procuré un exemplaire, a été officiellement présenté mardi 26 juillet 2005.

Ariel Sharon

Un porte-parole du Premier ministre, arrivé à Paris pour des entretiens avec le président Jacques Chirac, a dit qu’Ariel Sharon avait été informé de la décision de Menachem Mazuz, mais qu’il n’avait pas de commentaire à formuler. Omri Sharon, député du Likoud, a renoncé à son immunité parlementaire en apprenant sa mise en accusation, a rapporté la deuxième chaîne de télévision israélienne. "La législation électorale est irréaliste, déraisonnable et absurde. Je me défendrai à fond en justice", a-t-il dit, selon la télévision.

Omri Sharon

Les allégations selon lesquelles des sociétés-écrans auraient été créées pour financer la campagne d’Ariel Sharon pour l’investiture du Likoud, en 1999, ont accrédité l’idée, dans certains milieux de droite, qu’il avait axé son action politique sur le retrait de Gaza pour détourner l’attention générale de ses ennuis judiciaires. Menachem Mazuz a justifié sa décision de non-lieu par un manque de preuves contre Sharon. Ce dernier a nié toute malversation dans la course à l’investiture du Likoud, en déclarant qu’Omri et son autre fils avaient pris en charge le financement de sa campagne. Des poursuites ont également été abandonnées contre deux anciens conseillers d’Ariel Sharon, Dov Weisglas et Uri Shani.

Dov Weisglas

Selon des experts, Omri Sharon risque jusqu’à sept ans de prison s’il est jugé coupable. Mais la télévision a cité des sources au ministère de la Justice d’après lesquelles Menachem Mazuz ne requerrait qu’une peine de neuf mois de réclusion.

Reuters

Menachem Mazuz

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source