retour article original

dimanche 26 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Burkina Faso
AFP, 28 juillet 2005

Burkina Faso : La pénurie alimentaire s’aggrave dans le nord


Un village

La pénurie alimentaire, qui sévit depuis des mois dans les provinces nord du Burkina Faso, est de plus en plus "préoccupante" dans ces régions voisines du Niger et du Mali, et touche près de 500000 personnes, selon des responsables burkinabè. A l’issue de la campagne agricole 2004, le Burkina Faso, pays sahélien pauvre, a enregistré une baisse céréalière de 19 %.

Burkina Faso


"La situation est préoccupante, surtout dans seize provinces du nord, mais ce n’est pas encore l’état d’urgence alimentaire", affirme Mahama Zoungrana, directeur des Prévisions et des statistiques agricoles au quotidien privé burkinabè Le Pays. Dans ces provinces, les récoltes ont été compromises par la sécheresse et une exceptionnelle attaque de criquets pèlerins engendrant un déficit céréalier de 70 %, indiquent les chiffres gouvernementaux. "Environ 24000 ménages totalisant 300000 personnes n’ont pratiquement rien récolté", explique M. Zoungrana. "Des ménages ont dû brader leur cheptel pour acheter des céréales", souligne Mahama Zoungrana.

Vue du village de Tiébélé

"C’est une situation de famine qui prévaut dans le nord, les populations, qui n’ont rien à manger, consomment les feuilles sauvages pour survivre", affirme au journal Bélem Amadé, secrétaire permanent du Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (Conasur). Dans la province de l’Oudalan, voisine du Mali, autre Etat frappé de famine, "les habitants cassent les termitières pour recueillir les grains qui y sont enfouis", constate-t-il amèrement.

Une termitière

Des ressortissants des zones sinistrées signalent des mouvements de populations vers des régions moins touchées du sud et de l’ouest. Mais certaines contrées du centre-est sont aussi touchées par la crise alimentaire. "La famine frappe durement la province du Koulpelogo, des familles n’ont rien à manger là-bas", constate le quotidien officiel Sidwaya. "Beaucoup de familles ont épuisé depuis longtemps leurs stocks et se débrouillent pour survivre", déclare Lallé, un habitant de Ouargaye, dans la province de l’Oudalan. La crise est doublée d’une envolée des prix des denrées, notamment ceux du mil et du sorgho, les céréales de base.

Vue du village de Tiébélé

Le gouvernement burkinabè a déjà distribué gratuitement plusieurs centaines de tonnes de céréales aux plus démunis. Il a aussi lancé des opérations de vente promotionnelle de vivres. D’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), 500000 personnes ont besoin d’aide alimentaire au Burkina Faso, principalement dans le nord où 11 % des enfants âgés de 1 à 5 ans souffrent de problèmes liés à la faim et 6 % de grave malnutrition.

Des greniers à grain

Selon l’ONU, au Niger, voisin du Burkina Faso, quelque 2,5 millions de personnes, dont 800000 enfants sont menacés par la famine, tandis qu’au Mali environ 1,1 million de personnes ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence.

Agence France Presse

Une Nigérienne et son enfant affamé, à Maradi, le 11 juillet 2005

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source