retour article original

samedi 29 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (17ème partie) : De mai 2005 à décembre 2005
AFP, 29 juillet 2005

Irak : The Lancet défend le "droit de savoir" à propos des décès de civils


L’estimation de 25000 civils tués en Irak depuis le début de la guerre, en mars 2003, est un "minimum absolu", estime la revue médicale britannique The Lancet qui avait publié, en octobre 2004, une étude faisant état d’un bilan quatre fois plus élevé.


Les Irakiens "ont le droit de savoir le véritable prix payé -en nombre de vies perdues- lors du conflit entrepris en leurs noms", affirme la revue dans son éditorial, jugeant "indéfendable" le refus des forces de la coalition de participer à un décompte méthodique des décès de civils. Le décompte rendu public le 19 juillet par l’organisation Iraq Body Count (IBC) ("comptage des corps en Irak"), qui fait état de 24865 civils tués en Irak depuis le début de la guerre, dont un tiers par la coalition conduite par les Etats-Unis, "est un minimum absolu", juge The Lancet dans son édition datée de samedi 30 juillet 2005. La base de données de l’Iraq Body Count "ne retient que les décès rapportés par au moins deux agences de presse. Les incidents pour lesquels il n’y avait aucun observateur journaliste ne sont donc pas comptés", ajoute la revue.

Si la force multinationale avait accepté de participer au décompte "les données auraient pu être bien plus complètes", poursuit la revue. Ne pas l’avoir fait est "une omission indéfendable, et c’est ridiculiser le droit international", s’indigne The Lancet, assurant que les forces de la coalition étaient équipées d’une division médicale ayant la capacité de collecter ces données. Une lettre de l’ancien directeur général des services médicaux de l’armée britannique, le général Louis Lillywhite, "vue par le Lancet", en témoigne selon la revue.

Dans leurs travaux publiés, fin octobre 2004, dans The Lancet, le Dr Les Roberts, de l’hôpital Johns Hopkins, à Baltimore (Etats-Unis), et ses collègues avaient comparé la mortalité durant les 14,6 mois précédant l’occupation, en mars 2003, et celle durant les 17,8 mois suivants pour aboutir à un décompte de 98000 morts en excès liés au conflit.

Le Pr John Sloboda, directeur du Oxford Research Group et co-fondateur d’Iraq Body Count, les organismes universitaires à l’origine de la récente estimation de près de 25000 civils tués en Irak, n’a pas présenté ce résultat comme un comptage exhaustif, mais comme la "base absolument solide" du nombre minimal de morts violentes.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source