retour article original

dimanche 26 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Etats-Unis (7ème partie) : De janvier 2005 à décembre (...)
Le Courrier, 6 août 2005

Crimes de guerre américains : 70000 prisonniers détenus arbitrairement dans des lieux secrets

par Didier ESTOPPEY


« On se dirige vers un nouvel archipel du goulag. » La mise en garde émane de Daniel Bolomey, secrétaire général de la section suisse d’Amnesty International. Qui commentait le 4 août 2005, sur les ondes de la Radio suisse romande, la publication d’un nouveau rapport de son organisation sur les centres de détention secrets ouverts par les Etats-Unis dans le cadre de leur « guerre contre le terrorisme ».


La reprise, dans ce contexte, du célèbre titre de Soljénitsyne peut paraître audacieuse. Elle reflète pourtant bien le nouveau désordre international instauré par la première puissance mondiale sous prétexte de combattre « l’axe du mal ». On connaissait déjà Guantanamo et le refus, par les autorités étasuniennes, d’appliquer le droit international humanitaire en accordant le statut de prisonnier de guerre à ceux qu’elles y détiennent. Mais le goulag va bien au-delà : selon Amnesty International, ce sont environ 70000 personnes qui sont détenues par les Etats-Unis, en dehors de leur territoire, dans des centres secrets.

L’organisation de défense des droits humains souligne, exemples à l’appui, qu’une telle mise au secret favorise souvent les disparitions. On est ainsi sans nouvelles, depuis plus de trois ans, de plusieurs personnes détenues sous la responsabilité des Etats-Unis. Des centaines de prisonniers sont notamment incarcérés, en dehors de tout ordre légal, dans les deux principales bases aériennes étasuniennes en Afghanistan, Bagram et Kandahar. Mais une vingtaine d’autres bases de ce type existent sur sol afghan, rappelle Amnesty. Qui craint que les personnes qui y sont détenues au secret ne soient particulièrement exposées à la torture. Des exemples de décès en détention, en Afghanistan ou en Irak, et de transferts de détenus vers des pays pratiquant la torture sont aussi rappelés par l’ONG.

Des allégations qui sont loin d’être nouvelles : les premières doléances ont été transmises aux autorités étasuniennes en novembre 2001. Des lettres restées jusqu’ici sans réponse. Le nouveau rapport, publié le 4 août 2005, revient donc à la charge sur la base de deux témoignages concrets : ceux de deux Yéménites, détenus durant dix-huit mois dans des centres secrets, et désormais emprisonnés dans leur pays. On doute toutefois que ces éléments de preuve supplémentaires suffisent à faire reculer Washington. Il y a pourtant péril en la demeure.

Les nouveaux goulags construits par les Etats-Unis sont le pendant direct de leurs agressions contre l’Irak et l’Afghanistan. Le mépris des règles du droit international, dans le cadre des relations entre Etats, se double ainsi au plan interne d’une négation des normes les plus élémentaires des droits humains par ceux-là mêmes qui prétendent donner au monde des leçons de démocratie. Des leçons que le monde semble prêt à vouloir suivre : les délits de faciès soutenus par les autorités britanniques ou une loi antiterroriste votée dans l’urgence, samedi 30 juillet 2005, par le Parlement italien, sont les plus récents exemples de démantèlement des garanties judiciaires sous couvert de lutte antiterroriste.

Le mal produit vite ses effets dans l’ensemble de la société : Scotland Yard vient de reconnaître que les incidents racistes ont fait un bond de 600 % à Londres, depuis les attentats du 7 juillet 2005. De même que la guerre en Irak n’a fait qu’y propager la mort et le désordre, la négation des droits humains ne pourra que nourrir la spirale terroriste qu’elle prétend combattre.

Didier ESTOPPEY

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Didier ESTOPPEY

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source