retour article original

lundi 24 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (12ème partie) : De juin 2005 à décembre (...)
24 heures.ch, 23 août 2005

Proche Orient : Israël découvre jusqu’où sont capables d’aller les « fous d’Eretz Israël »

par Ouri DANIEL


Sur la place Yitzhak Rabin, à Tel-Aviv, un immense drapeau israélien a été tendu, avec ces mots : « Surtout, ne nous séparons pas les uns des autres. » Selon un sondage, 75 % des juifs laïcs d’Israël soutiennent le plan de désengagement d’Ariel Sharon, contre 79 % de leurs compatriotes juifs religieux qui le réprouvent.


Les rabbins et leurs fidèles ont utilisé tous les moyens imaginables pour empêcher le retrait des colonies, depuis son annonce il y a dix-huit mois. Pressions politiques, manifestations monstres, arrêts rabbiniques expliquant qu’il était interdit de quitter la terre des Philistins. Résultat : des extrémistes ont prononcé la « pulsa de noura », antique malédiction pseudo cabalistique, appelant à la mort d’Ariel Sharon. D’autres ont comparé leur sort à celui des victimes de la Shoah. Le Conseil des colons (Yésha) a frisé la rébellion en enjoignant aux soldats de désobéir. Ses mots d’ordre ambigus aux colons -« Résistez, mais évitez la violence »- ont conduit aux pires excès.

Malgré les requêtes du Shin Beth, aucune autorité rabbinique ne les a freinés et aucune n’a présenté une alternative fondée sur l’éthique du judaïsme, ses principes humanistes ou ses valeurs. En un mois, deux sanglants attentats meurtriers antiarabes ont été perpétrés. Pour le Yésha, les deux meurtriers étaient « des têtes brûlées ». Ariel Sharon a préféré parler de « terrorisme juif ».

La majorité silencieuse d’Israël, qui respecte l’Etat de droit et le jeu démocratique, a découvert avec stupéfaction ces « fous d’Eretz Israël » en pleurs, accrochés à la loi religieuse, qui se jetaient à terre pour embrasser la poussière de Gaza avant d’aller « en exil » en Israël. Pendant trente ans, en jouant des contradictions, du laisser-faire ou des encouragements de tous les gouvernements, de gauche et de droite, les colons ont vécu comme dans une bulle au milieu des Palestiniens, sacralisant la terre et l’armée dont ils forment de nombreux cadres. Ils se sont présentés comme l’expression du « vrai sionisme rédempteur », revendiquant « des droits historiques » sur la Terre et s’opposant au matérialisme envahissant de Tel-Aviv.

Un quart de siècle après l’émergence du courant nationaliste et messianiste, les Israéliens optent pour la raison et le compromis. Ils s’interrogent sur la place de la religion dans l’Etat et sur ses rapports avec la démocratie.

Ouri DANIEL

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Ouri DANIEL

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source