retour article original

vendredi 18 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Côte d’Ivoire (2ème partie) : Du 10 janvier 2005 au 28 décembre (...)
AFP, 29 août 2005

Côte d’Ivoire : Rencontres ONUCI/Licorne avec le chef d’état-major des forces loyalistes


Les commandants militaires des "forces impartiales" en Côte d’Ivoire ont rencontré, lundi 29 août 2005, à Yamoussoukro, le chef d’état-major des forces loyalistes, le général Philippe Mangou, a constaté l’AFP.


La rencontre entre le général Mangou ; le commandant des casques bleus de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), le général sénégalais Abdulaye Fall ; et le chef de l’opération militaire française Licorne, le général Elrick Irastorza, a débuté, vers 10h30, à la Fondation Félix Houphouët Boigny de Yamoussoukro, la capitale politique du pays. Les trois généraux se sont d’abord réunis en compagnie de leurs officiers d’état-majors. Ils se sont ensuite retrouvés, tous les trois, vers 12h00, pour un entretien à huis clos qui a duré près d’une heure. "Cette séance a été positive", a commenté le général Fall au cours d’une conférence de presse à l’issue de la rencontre. "Nous avons constaté qu’il y avait (plusieurs) problèmes : la violation de la zone de confiance, les entraves à la liberté de circulation des forces impartiales, le déficit de confiance entre les parties", a-t-il expliqué.

Le chef des casques bleus de l’ONUCI a énuméré quatre "solutions" pour y remédier. Ainsi, "un mécanisme de coordination à tous les niveaux de commandement entre les différentes forces" doit être établi pour qu’en cas de problème, "on remonte la chaine hiérarchique pour trouver la solution qui soit dans le meilleur intérêt des parties". "Il nous appartient de développer un code de bonne conduite", a-t-il également remarqué. "Nos état-majors vont se rencontrer pour developper des procédures qui concernent certains domaines d’activités bien identifiés (...)". Sur le respect de la zone de confiance (bande de territoire qui coupe le pays en deux et sépare les belligérants), le général Fall a souhaité que "toutes les parties respectent le code de gestion qui a été signé par tout le monde". Enfin, s’exprimant sur les entraves à la circulation des "forces impartiales" du fait des populations civiles, le patron militaire de l’ONUCI a estimé qu’il y a "deux actions à mener" : "la sensibilisation, la communication", et que cette campagne "soit relayée par tout le monde".

L’ONU a demandé à plusieurs reprises aux autorités ivoiriennes de faire cesser les entraves à la liberté de circulation des "forces impartiales" dans le sud du pays sous contrôle gouvernemental. Plusieurs convois onusiens et français ont été bloqués ces dernières semaines en zone gouvernementale par des groupes de jeunes et des manifestants se réclamant des "jeunes patriotes" (partisans du président Gbagbo).

Après leurs entretiens avec le chef des forces loyalites, les généraux Fall et Irastorza, doivent rencontrer, jeudi 1er septembre 2005, à Bouaké, le chef d’état-major de la rébellion, le général Soumaïla Bakayoko.

Plus de 6000 casques bleus de l’ONUCI sont déployés en Côte d’Ivoire, avec le soutien d’environ 4000 soldats français de l’opération Licorne. La Côte d’Ivoire est coupée en deux depuis une tentative de coup d’Etat, en septembre 2002, contre le régime du président Laurent Gbagbo, avec les Forces Nouvelles qui contrôlent le nord du pays.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source