retour article original

dimanche 26 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives France (3ème partie) : De janvier à décembre 2005
AFP, 2 septembre 2005

France : Guerre contre les pauvres


PARIS (AFP) - "C’est scandaleux d’expulser des gens le jour de la rentrée, on n’est pas des animaux", crie M’Benin, une Ivoirienne de 23 ans, évacuée, vendredi 2 septembre 2005 au matin, par la police, d’un squat du 19e arrondissement, avec son mari et son fils de 4 ans.


07h00, rue de la Fraternité. Le jour vient à peine de se lever, mais les occupants du squat sont dehors, certains en peignoir, alertés par la rumeur d’une évacuation.

Tendue sur la façade du bâtiment, une ancienne imprimerie d’un étage où vivent une soixantaine de personnes, une grande banderole proclame : "L’expulsion n’est pas un solution, pas d’expulsion sans relogement". "Je sais pas ce qu’il va se passer, j’ai le coeur qui bat", se désole, les larmes aux yeux, M’Benin, qui vit dans deux petites pièces aménagées en appartement de fortune avec son mari et son fils. "Je ne comprends pas comment ils font : si vous voulez expulser des gens, vous prévenez avant, vous envoyez des lettres. Vous ne venez pas comme ça, le matin... Ils réfléchissent ou quoi ? Ils nous prennent pour des bêtes ? C’est parce qu’on est Noir ?".

Des cars de police se garent en bas de la rue, la tension monte parmi les occupants. "On va pas se laisser faire comme ça, on ne bougera pas, ça va être la guerre", menace, sans trop y croire, Diarra Yacouba, un Malien de 29 ans. M’Benin, auxiliaire de vie, appelle son employeur pour le prévenir qu’elle ne viendra pas travailler à cause d’un "gros problème de logement". A 07h30, des CRS en tenue d’intervention pénètrent dans le squat et commandent aux occupants de prendre leurs affaires et de sortir. M’Benin explose : "C’est scandaleux d’expulser des gens le jour de la rentrée, vous traumatisez nos enfants, on n’est pas des animaux !". Un homme tente de s’opposer aux policiers qui pénètrent dans sa chambre avant d’être rapidement maîtrisé. L’évacuation se poursuit sous les regards impuissants des occupants.

Au même moment, rue de la Tombe-Issoire (14e), des policiers délogent une dizaine de personnes qui bloquaient la porte d’un autre squat en criant : "Pas d’expulsions sans relogement". La porte défoncée, ils pénètrent à l’intérieur et commencent à faire sortir les résidents qui sont aussitôt placés dans un car.

"Des dispositions ont été prises pour transporter ces personnes vers des lieux d’hébergements décents", explique un communiqué de la préfecture de police. Selon les militants du DAL, les familles bénéficieront "d’une semaine et demie dans un hôtel". "C’est ça, la méthode Kärcher. On ne traite pas un problème social par la force", dénonce Pierre Castagnou, le maire socialiste du 14e arrondissement.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source