retour article original

vendredi 24 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (12ème partie) : De juin 2005 à décembre (...)
AFP, 4 septembre 2005

Proche Orient : Israël va accélérer la construction du mur


JERUSALEM (AFP) - Le ministre israélien de la Défense, Shaoul Mofaz, a annoncé, dimanche 4 septembre 2005, une "accélération" de la construction de la barrière de séparation en Cisjordanie, compte tenu d’un risque accru d’attentats en Israël, apprend-on de source gouvernementale.


Le ministre a déclaré, lors de la réunion hebdomadaire du cabinet, qu’il avait ordonné d’"accélérer les travaux de construction", qui étaient censés être achevés fin 2005, mais ont subi des retards. Il a fait état d’alertes concernant des "attaques terroristes" qui pourraient être lancées contre des cibles en Israël à partir de la Cisjordanie. Il a confirmé par ailleurs que le retrait de l’armée israélienne de la bande de Gaza où 21 colonies ont été évacuées en août, devrait s’achever le 15 septembre 2005.

De son côté, le chef d’état-major, Dan Haloutz, a de nouveau mis en garde les Palestiniens contre des attaques à partir de la bande de Gaza après le retrait. Les Palestiniens "savent le prix qu’ils auraient à payer" en cas de telles attaques contre le sud d’Israël, a déclaré le général Haloutz, lors d’une rencontre avec le président israélien, Moshe Katzav, rapporte la radio publique. "L’armée fera tout ce qu’elle peut pour assurer la sécurité des populations israéliennes vivant à proximité de la bande de Gaza et nous réagirons au premier incident", a-t-il ajouté.

Le 28 août 2005, un Palestinien, qui s’était infiltré à partir du sud de la Cisjordanie, avait commis une attaque suicide, à Beersheba (sud d’Israël), faisant plusieurs blessés et trouvant lui-même la mort. La mairie de la ville a vivement protesté contre le fait que la construction de cet ouvrage controversé n’avait pas été complétée dans le sud de la Cisjordanie, ce qui, selon elle, aurait pu empêcher l’attentat.

Présentée par Israël comme une "clôture antiterroriste", la barrière, qui doit s’étendre, à terme, sur plus de 650 km, est qualifiée de "mur de l’apartheid" par les Palestiniens car elle empiète sur la Cisjordanie et rend problématique la création d’un Etat palestinien viable. Dans un avis rendu le 9 juillet 2004, la Cour internationale de Justice (CIJ) a jugé illégale la construction de cette barrière et exigé son démantèlement, tout comme l’a fait ensuite l’Assemblée générale de l’ONU. Israël n’a pas tenu compte de ces demandes non contraignantes et poursuivi les travaux, alors que 500 km environ de ligne ont été achevés ou sont en cours de construction.

Dans le sud de la Cisjordanie, le tracé de la ligne suit à peu près celui de la frontière avec Israël, le long de la "Ligne verte", sauf dans la région de Bethléem ou le "mur" entoure le bloc des colonies du Goush Etzion, alors qu’il s’enfonce profondément en territoire palestinien dans le secteur de Jérusalem-est.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source