retour article original

lundi 21 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Etats-Unis (7ème partie) : De janvier 2005 à décembre (...)
24 heures.ch, 7 septembre 2005

Etats-Unis : Prise de conscience des conséquences de la logique néolibérale

par Bernard PERRIN


Quatre ans après le 11 septembre 2001, l’Amérique vit un nouveau traumatisme qui plonge le pays dans une crise de confiance qu’il n’a plus connue depuis plusieurs décennies.


« Katrina va rester dans les annales comme le symbole des errances et des manquements de l’Etat. Des images resteront aussi gravées dans les esprits : celles de ces dizaines de milliers de pauvres abandonnés à leur sort », explique Nicole Bacharan. Et l’impact dans la société américaine va être très profond, car la faute morale est énorme : « On savait qu’un cyclone pouvait détruire la ville. Ce que les Américains n’imaginaient pas, c’est qu’on laisserait sur place tous ceux qui ne pouvaient pas fuir, qu’on les abandonnerait. Se rendre compte de cela, c’est traumatisant. » Ça l’est d’autant plus que la catastrophe a montré une Amérique plutôt égoïste et individualiste, « qui a éclipsé l’autre Amérique, généreuse, solidaire, à la recherche du bonheur. » La violence des images oblige aussi la société à une prise de conscience brutale. « Il y a des pauvres dans toutes les sociétés occidentales. Mais c’est une face cachée : ces gens-là vivent dans des quartiers à l’écart. Et même s’ils sont des dizaines de millions, ils ne représentent que des chiffres dans des statistiques. Avec Katrina, ils ont crevé les yeux des Américains, ils sont devenus des humains, des compatriotes. »

Et l’Amérique se retrouve plongée en plein doute : « Il faut remonter aux années 1970 pour trouver une situation de crise de confiance à peu près comparable. De nombreuses institutions sont secouées et discréditées. En premier lieu l’Etat, avec un président fragilisé par les incompétences de ces derniers jours et par une guerre en Irak de moins en moins comprise. Les services secrets, ensuite, qui n’ont pas pu prévoir le 11 septembre 2001. Ajoutez-y l’Eglise catholique, minée par les affaires de pédophilie ; le capitalisme boursier, mis à mal par les faillites d’entreprises comme Enrone ; et les grands journaux, empêtrés dans des scandales de désinformation. »

D’un seul coup, la seule hyperpuissance découvre aussi brutalement qu’elle a des limites en hommes et en moyens financiers : « C’est ce qui rendra de plus en plus difficile sa présence en Irak. Quand les Américains découvrent des secours insuffisants, des hôpitaux dépassés et mal équipés chez eux, ils ne comprennent plus que l’on s’engage ailleurs dans le monde. »

Va-t-on alors assister à l’émergence de mouvements de contestation sociale, comme ceux emmenés dans les années 1960 par Martin Luther King ? « Il n’y a pas de grand leader moral capable de mener une telle croisade. Mais la situation sociale est actuellement volatile aux Etats-Unis. Elle pourrait déboucher sur des réactions violentes. Mais le respect du système empêche en revanche d’imaginer, par exemple, une démission anticipée du président. La sanction tombera lors des prochaines élections, en novembre 2006. La plupart des candidats républicains se démarquent d’ailleurs de George Bush pour ne pas couler avec lui. Mais signe que le malaise est bien plus profond, les critiques viennent même des éditorialistes et des idéologues néoconservateurs. »

Bernard PERRIN

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Bernard PERRIN

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source