retour article original

mercredi 16 août 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en France
AFP, 7 septembre 2005

Corruption : Suspensions et mises en examen en série dans un commissariat français


Vue de Paris

PARIS (AFP) - Une vague de suspensions et de mises en examen de policiers très inhabituelle vise le commissariat de Saint-Denis, l’un des plus importants de Seine-Saint-Denis, à la suite de différentes affaires criminelles.

France


Depuis un an, plusieurs policiers ont été mis en cause dans des affaires de viols présumés ou de coups de feu par l’Inspection générale des services (IGS - la "police des polices") sur commission rogatoire. La semaine dernière, l’ancien commissaire de Saint-Denis, Xavier Paldacci, 47 ans, en poste depuis août 2002, a été suspendu "à titre conservatoire", le temps que la justice enquête sur les problèmes survenus dans son commissariat ces dernières années, selon des sources proches de l’enquête. Il a été placé en garde à vue, à l’IGS, puis remis en liberté. Il lui est reproché de ne pas "avoir su déceler" ces "dysfonctionnements", selon ces sources. Plusieurs gardiens de la paix ont été mis en examen dans plusieurs affaires "diverses et retentissantes" qui ont éclaté malgré, parfois, un "climat d’omerta", selon elles.

Des policiers

En juin 2004, six policiers ont été écroués pour de présumés viols de prostituées. Ils sont suspendus et, pour certains, ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire. Peu après, une deuxième affaire visant les relations d’autres policiers de ce commissariat travaillant de nuit, avec une prostituée, -avec qui ils sont présumés avoir eu des relations sexuelles en usant de leur qualité de policiers-, a été mise au jour. Il y a eu également des suspensions et c’est dans le cadre de cette affaire que M. Paldacci a été placé en garde à vue, selon les mêmes sources.

Des policiers

Enfin, la semaine dernière, trois policiers de ce même commissariat ont été suspendus après avoir tiré des coups de feu contre un camp de Roumains à l’issue d’un pot arrosé au commissariat, toujours selon les mêmes sources. Il n’y a pas eu de blessés. Plusieurs associations de Roms ont dénoncé mercredi une "banalisation de la violence policière" et un "climat propice à la répétition de tels actes". Le parquet de Bobigny a indiqué, mercredi 7 septembre, avoir ouvert, vendredi 2 septembre 2005, une "information judiciaire" après ces violences policières présumées, confirmant que deux policiers du commissariat ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire avec "interdiction d’exercer la fonction de policier". Selon cette même source judiciaire, samedi 3 septembre, trois autres policiers de Saint-Denis ont été placés sous contrôle judiciaire pour des faits qui n’ont pas été révélés. A l’IGS, on s’est retranché, mercredi 7 septembre 2005, derrière "l’instruction en cours".

Un campement de Roms

C’est une "vague de suspensions très inhabituelle et inédite pour un seul commissariat", selon plusieurs sources syndicales policières. Frédéric Lagache, secrétaire national d’Alliance (majoritaire chez les gardiens), a précisé à l’AFP que les policiers accusés de viols "nient" les faits qui "pourraient se dégonfler". Il a souligné le "défaut d’encadrement" dans ce commissariat composé de "jeunes policiers" dont 1/3 sont en formation. Il y a "seulement", selon lui, 200 policiers "couvrant" quelque 100000 habitants et le Stade de France. D’autres sources syndicales ont précisé que, "dès sa prise de fonction", M. Paldacci avait "signalé" à l’IGS ces dysfonctionnements "grâce à d’autres flics venus se confier à lui" dont l’un, officier, "a été muté" pour cela. Ces sources ont confirmé les "difficultés" de l’encadrement à Saint-Denis, ville la plus criminogène du département : pas d’adjoint pendant un an par exemple. Une "situation pénible" qui révèle des "problèmes de recrutement" généraux dans la police.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source