retour article original

dimanche 28 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (1ère partie) : Du 21 décembre 2003 au 29 février (...)
AFP, 27 février 2004

Le Conseil irakien se sépare sans accord sur la loi. Le dirigeant chiite radical Moqtada Sadr menace d’une révolte


BAGDAD (AFP) - Les autorités irakiennes se sont séparées vendredi soir, 27 février 2004, sans parvenir à un accord sur la loi fondamentale censée régir l’Irak pendant une période transitoire, à la veille de l’échéance fixée pour cette législation.

Pour sa part, le dirigeant chiite radical Moqtada Sadr a de nouveau menacé d’une "révolte" si la coalition maintenait son opposition à ce que l’islam soit "la principale source" de la législation irakienne, alors qu’un Irakien a été tué et trois soldats américains ont été blessés dans des attaques.


Le Conseil de gouvernement transitoire irakien, qui discutait à bâtons rompus pour tenter des rapprocher les vues sur des questions comme la place de l’islam dans la législation, le fédéralisme exigé par les Kurdes ou le rôle de la femme, n’a pas réussi à trouver un compromis.

Des différends subsistent sur ces trois questions, a déclaré l’un des membres du Conseil mis en place par les Américains.

"Nous ne sommes pas parvenus à une solution", a-t-il dit, tout en refusant de dire que le délai prévu pour la proclamation de la loi ne serait pas respecté.

La proclamation de cette loi censée régir le pays jusqu’aux élections générales, dont la date n’est pas encore déterminée, doit intervenir samedi. Conformément à l’accord conclu le 15 novembre 2003 entre la coalition occupant l’Irak et le Conseil de gouvernement, cette loi est la première étape sur le chemin d’un retour de la souveraineté, prévu le 30 juin.

Sur la question sensible de la place de l’islam dans la législation, Moqtada Sadr est revenu à la charge. "L’Amérique n’est venue que pour nuire aux Irakiens, mais qu’elle sache qu’elle ne pourra pas annihiler l’islam", a-t-il déclaré lors de son prêche à Koufa (sud de Bagdad).

"J’appelle les croyants à rester prêts, en attendant les ordres de la Hawza (les plus hauts religieux chiites) de faire face à l’occupation. J’appelle le Conseil de gouvernement à déclarer la révolte contre la décision de (l’administrateur américain Paul) Bremer, et j’appelle Bremer à revenir sur ses déclarations", a ajouté le chef radical.

M. Bremer avait affirmé qu’il n’accepterait "aucune loi fondamentale faisant de l’islam la principale source de la loi".

Sur le terrain, un ouvrier irakien a été tué et un autre blessé dans une attaque à l’arme automatique contre une usine de production de béton armé qui traite avec l’armée américaine à Mossoul, à 400 km au nord de Bagdad, selon la police.

En outre, trois soldats américains ont été blessés par l’explosion d’engins artisanaux au nord de Bagdad. L’un d’entre eux a été grièvement atteint par l’explosion d’un engin lors du passage de son convoi.

Dans le sud de l’Irak, un second contingent de forces terrestres japonaises, fort de 140 soldats, est entré dans le pays depuis la frontière du Koweït. Quelque 600 Japonais seront au total basés à Samawa d’ici fin mars, dans la première intervention de l’armée japonaise sur un théâtre de guerre depuis 1945.

Près de Samarra, à 125 km au nord de Bagdad, un oléoduc transportant du fuel était en flammes vendredi, a indiqué l’armée. "Nous avons reçu des informations sur une explosion au sud de Samarra", ville située en plein "triangle sunnite", théâtre de nombreuses attaques contre la coalition et les forces de sécurité irakiennes, a indiqué Maria Or, sans pouvoir préciser son origine.

Depuis la chute du régime de Saddam Hussein, les oléoducs du nord de l’Irak sont visés par de nombreux actes de sabotage.

Le chef des forces terrestres de la coalition en Irak, le général Ricardo Sanchez, a affirmé jeudi que les combattants étrangers infiltrés en Irak étaient devenus une menace bien plus grande que les affidés du régime déchu.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, et si vous souhaitez promouvoir la politique d’intérêt général qu’il préconise, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source