retour article original

lundi 29 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives France (3ème partie) : De janvier à décembre 2005
AFP, 13 septembre 2005

France : La Bretagne vole au secours de ses chauves-souris


RENNES (AFP) Animal fascinant mais mal-aimé, la chauve-souris, seul mammifère volant, disparaît progressivement des campagnes françaises, au point d’inquiéter scientifiques et défenseurs de l’environnement, mobilisés en Bretagne pour enrayer le déclin.


"La chauve-souris, qui véhicule toute une série de légendes, a une mauvaise image. Elle fait peur. Pourtant, c’est un animal craintif, qui fuit l’homme et qui joue un rôle important dans la régulation des populations d’insectes, dont elle se nourrit exclusivement", explique Jacques Ros, spécialiste des chauves-souris au sein de l’association Bretagne Vivante.

L’association participe depuis 2003 à un programme de sauvegarde du "petit rhinolophe", l’espèce de chauve-souris la plus menacée d’Europe, qui a déjà disparu du Benelux, du nord de la France et de quasiment toute l’Allemagne. L’originalité de cette action, subventionnée par la région Bretagne, les départements Morbihan, Ille-et-Vilaine et Côtes-d’Armor, est de faire collaborer les bénévoles de Bretagne Vivante avec des experts de l’Université de Rennes. D’un coût de 250000 euros sur quatre ans, dont 60 % assurés par les collectivités locales, ce travail vise à mieux connaître le comportement des petits rhinolophes pour trouver les moyens de leur préservation.

Selon M. Ros, on estime qu’il ne reste plus en Bretagne que 1500 à 2000 de ces petits animaux sombres, de la taille d’un pouce, aux courtes oreilles pointues et au nez en forme de fer à cheval. En Europe, leur nombre a diminué de 80 % à 90 % depuis les années 1960. "Les petits rhinolophes sont victimes de l’intensification des pratiques agricoles, souligne M. Ros. Les pesticides tuent les insectes dont ils se nourrissent. Les bâtiments agricoles traditionnels, dont les combles ou les granges servaient de refuge aux chauves-souris, sont remplacés par des bâtiments modernes, qui ne conviennent pas à l’espèce". Or, il s’agit d’un animal "très sédentaire", donc particulièrement exposé à la dégradation de son environnement. Le petit rhinolophe ne circule que dans un rayon de 5 km autour de sa colonie de reproduction.

Sous l’appellation chauve-souris, se cache en fait une grande diversité d’espèces différentes, qui jouent un rôle important dans les écosystèmes, explique Eric Petit, généticien et expert en chauve-souris à l’Université de Rennes I. "Les chauves-souris représentent, en nombre d’espèces, un tiers des mammifères français. Elles sont prédatrices d’insectes et il n’est pas difficile de comprendre que si on les supprime, on va avoir une augmentation de populations d’insectes", prévient-il. Selon lui, "il n’y a pas de remplaçant à la chauve-souris".

Outre l’étude de ces mammifères, au plan comportemental et génétique, l’action de sauvegarde régionale comprend un volet sensibilisation, qui vise à faire connaître l’animal au grand public. Une exposition itinérante, inaugurée, mardi 13 septembre 2005, à Epiniac (Ille-et-Vilaine), "sera mise à la disposition des communes et des écoles pendant plusieurs années", précise M. Ros. L’objectif est aussi de toucher les agriculteurs, notamment via leurs revues professionnelles, car ils "ne sont pas conscients de l’utilité des chauves-souris", selon M. Petit.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source