retour article original

lundi 24 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (17ème partie) : De mai 2005 à décembre 2005
AFP, 13 septembre 2005

Irak : Accusations américaines contre la résistance


L’armée américaine a accusé, mardi 13 septembre 2005, les résistants d’avoir commis des "choses horribles" à Tall Afar, au nord de l’Irak, au moment où le chef d’Al-Qaïda dans le pays, Abou Moussab Al-Zarqaoui, l’accuse d’utiliser des "gaz mortels" contre la population.


"L’ennemi a commis ici les choses les plus horribles que vous puissiez imaginer", a affirmé le colonel H.R. McMaster, commandant du 3ème régiment de cavalerie blindée, lors d’une téléconférence depuis l’Irak. Ils ont, "par exemple, tué un enfant, puis placé un engin piégé dans son corps et attendu que les parents viennent récupérer le corps et l’ont fait exploser pour les tuer", a-t-il expliqué, citant également des "décapitations". "L’ennemi, dans cette zone, est pire que tout au monde", a affirmé le colonel McMaster. "Ils ont procédé aveuglément à des tirs de mortier sur des zones habitées et blessé des tas d’enfants et tués de nombreux autres", a-t-il ajouté. "Quand ils sont entrés (dans la ville), ils ont remplacé tous les imams des mosquées par des extrémistes islamiques profanes. Ils ont remplacé tous les enseignants des écoles par des gens qui avaient un niveau d’éducation élémentaire prêchant la haine et la violence. Ils ont assassiné des gens", a-t-il affirmé. Selon le colonel McMaster, les rebelles sont très organisés. "Ils ont une cellule pour enlever et assassiner. Ils ont une cellule chargée de la propagande, une cellule de franc-tireurs. Ils ont un très haut degré d’organisation", a-t-il assuré.

Dans le cadre de l’opération "Restoring the rights" (Rétablir les droits) entamée samedi 10 septembre, les forces américano-irakiennes effectuaient, mardi 13 septembre 2005, les derniers ratissages à Tall Afar, près de la frontière avec la Syrie, après avoir chassé la plupart des résistants de la ville au cours des derniers jours. Le colonel McMaster a précisé que l’opération était menée par environ 5000 soldats irakiens et entre 3500 et 3800 soldats américains. Selon lui, il n’y a pas "assez de forces armées actuellement pour assurer la sécurité de cette zone de manière permanente".

De son côté, dans un bande audio mise en ligne dimanche 11 septembre 2005, Abou Moussab Al-Zarqaoui, a accusé les forces américaines d’utiliser des "gaz mortels" contre les habitants de Tall Afar.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source