retour article original

mercredi 26 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (12ème partie) : De juin 2005 à décembre (...)
AFP, 18 septembre 2005

Proche Orient : Israël prétend décider quels sont les Palestiniens autorisés à se présenter aux élections


JERUSALEM (AFP) - Israël renforce la pression contre la participation du Hamas aux prochaines législatives palestiniennes, de crainte d’un succès du mouvement islamiste encore renforcé par le retrait de Gaza.


"Il est inconcevable qu’un mouvement tel que le Hamas, qui a des chances de faire un bon score voire même de l’emporter, puisse participer aux élections tout en appelant à la destruction de l’Etat d’Israël", a proclamé le ministre des Affaires étrangères Sylvan Shalom. Le vice-Premier ministre, Shimon Peres, a mis en garde qu’en cas de victoire du Hamas, les Palestiniens "risquaient de perdre ou remettre en cause le versement de l’aide internationale massive qui leur a été promise". Dans le cadre de cette campagne internationale, le Premier ministre Ariel Sharon, avait pour sa part menacé d’entraver l’organisation des élections en Cisjordanie si le Hamas y participait. Le Hamas a réalisé de très bons scores face au Fatah, le mouvement de Mahmoud Abbas, dans une série d’élections municipales, ces derniers mois. Selon les sondages, ce mouvement devrait confirmer sa percée aux législatives prévues le 25 janvier 2005.

De leur côté, des dizaines de milliers de membres de la branche armée du mouvement, tous masqués et nombreux armés, ont organisé un rassemblement, dimanche 18 septembre 2005, dans un stade de Gaza, dans un nouveau défi à l’Autorité palestinienne. Armés de fusils d’assaut kalachnikov, de lance-roquettes antichar RPG et de grenades, les membres des Brigades Ezzedine Al-Qassam ont paradé ensuite dans les rues de la ville, rejoints par des milliers de sympathisants du Hamas. Cette nouvelle démonstration de force d’un mouvement responsable de dizaines d’attentats suicide en Israël, s’est produite alors que le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, s’est engagé à rétablir l’ordre dans la bande de Gaza et mettre fin au "chaos des armes", au lendemain du retrait israélien.

En dépit de son opposition au Hamas, Mahmoud Abbas a réitéré, dimanche 18 septembre 2005, son rejet de toute interférence israélienne dans les élections, soulignant que les "élections palestiniennes étaient pour le peuple palestinien et pour lui seul". Par ailleurs, M. Abbas a assuré que la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte, que des milliers de Palestiniens ont franchi librement dans le sillage du retrait des troupes israéliennes, a été "complètement colmatée".

En Israël, les représentants de la minorité arabe se sont indignés de l’immunité accordée par l’Etat aux policiers responsables de la mort de treize manifestants tués par balles en octobre 2000. Une commission de la "police des polices", relevant du ministère de la Justice a conclu qu’elle ne disposait pas "d’éléments suffisants pour justifier des inculpations", dans un rapport publié dimanche 18 septembre 2005. Des édiles arabes se sont réunis pour décider des formes de protestation ces prochaines semaines, envisageant une grève générale. "Nous ne ne sommes pas disposés à passer l’éponge et à permettre aux policiers coupables de ne pas être inquiétés et s’il le faut nous nous adresserons à des instances internationales", a déclaré Shawki Khatib, le président d’un comité représentatif de la minorité arabe. Une minorité arabe comptant quelque 1,2 million de personnes vit en Israël (près de 19 % de la population totale de l’Etat hébreu). Citoyens israéliens et Palestiniens de coeur, ils souffrent de discriminations qu’ils ne cessent de dénoncer.

En octobre 2000, douze Arabes israéliens et un Palestinien installés en Israël avaient été tués par des tirs de la police, lors de manifestations violentes de solidarité avec les Palestiniens, peu après le début de l’Intifada, à la fin du mois de septembre. Dans un rapport rendu public, en septembre 2003, une commission étatique présidée par le juge Théodore Orr avait infligé un blâme sévère à la police, sans réclamer de poursuites judiciaires spécifiques.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source