retour article original

jeudi 17 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives France (3ème partie) : De janvier à décembre 2005
Le Matin online, 22 septembre 2005

France : Chats et chiens comme appâts à requins à l’île de la Réunion

par Sébastien JOST


NOIRAIGUE (NE) Horrifiée par l’utilisation d’animaux vivants pour la pêche aux requins à l’île de la Réunion, une association se mobilise. Elle exhorte ses membres à interpeller le gouvernement français.


« C’est un cauchemar. Imaginer des petits chats ou des chiots avec un crochet dans le nez ou les pattes pour être lancés vers des requins, c’est horrible ! » Responsables de SOS chats à Noiraigue (NE), en Suisse, Tomi Tomek et Elisabeth Djordjevic sont révoltées par la pratique, interdite, de certains pêcheurs de l’île de la Réunion : l’utilisation d’animaux vivants pour attraper des squales. « Je ne comprends pas comment des gens peuvent être si cruels », lance Tomi Tomek. D’autant plus que les animaux sont méchamment blessés avant d’être lancés à l’eau. Le sang qui s’écoule permet d’attirer les requins à coup sûr...

Bien décidées à mettre un terme à cette horrible méthode, les deux animatrices de l’association relaient l’action de la Fondation Brigitte Bardot. Cette dernière a intensifié, en 2005, son combat contre ce procédé, qu’elle croyait en voie de disparition. La découverte récente de plusieurs chiots survivants avec des hameçons plantés dans les pattes ou la gueule a en effet prouvé qu’il n’en était rien. Brigitte Bardot a donc demandé au ministre de l’Outre-Mer et au Préfet de la Réunion de prendre des mesures. Ce qui commence à porter ses fruits. Un arrêté a été édicté, le 10 septembre 2005, pour interdire la présence d’animaux domestiques vivants sur les bateaux de l’île. Les mesures de surveillance devraient également être renforcées.

De son côté, SOS chats demande à ses 1500 membres d’écrire au gouvernement français pour que cette pratique, qui révolte autant à la Réunion que dans le reste du monde, disparaisse définitivement. Certains défenseurs des animaux se mobilisent aussi en Allemagne et au Japon. « Les gouvernements ne réagissent que lorsque des pressions viennent de l’étranger, note Tomi Tomek. C’est comme cela que nous avons réussi à faire fermer une usine, à Kiev, où des chats étaient dépecés. » Ce calvaire révolte Tomi Tomek, qu’il touche des matous ou des chiens. « Nous soignons 300 chats dans notre refuge, cela nous occupe 24 heures sur 24, relève-t-elle. Mais nous aimons tous les animaux. »

Sébastien JOST

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Sébastien JOST

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source