retour article original

lundi 20 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (12ème partie) : De juin 2005 à décembre (...)
Reuters, 24 septembre 2005

Proche Orient : Echange de menaces entre Israël et la résistance palestinienne


GAZA (Reuters) - Ariel Sharon a convoqué son cabinet restreint afin d’examiner la situation dans la bande de Gaza, en proie aux violences les plus graves depuis que l’Etat juif s’est retiré, le 12 septembre 2005, de ce territoire occupé pendant trente-huit ans.


Au moins deux membres du Hamas ont été tués dans l’explosion de deux voitures circulant dans la bande de Gaza. Des témoins affirment avoir vu des avions israéliens dans le ciel au moment de ces explosions. Signe de la tension régnant dans le territoire palestinien, des habitants pris de panique sont sortis, dans la matinée, dans les rues de Gaza lorsque des avions de chasse israéliens ont franchi le mur du son. Scandant des appels à la revanche, des milliers de Palestiniens ont défilé dans le camp de Djabalia pour les funérailles des victimes de l’explosion de vendredi 23 septembre 2005, parmi lesquels figurent au moins quatre résistants.

Auparavant, les forces israéliennes s’étaient déployées le long de la frontière avec la bande de Gaza, cible, dans la nuit de vendredi 23 septembre à samedi 24 septembre 2005, de frappes aériennes menées en riposte à des tirs de roquettes palestiniennes, qui ont fait cinq blessés en Israël. L’armée a également bouclé la Cisjordanie.

Le ministre israélien de la Défense, Shaul Mofaz, a pour sa part menacé les Palestiniens de représailles "cinglantes et sans équivoque" après la salve de roquettes présentée par les résistants comme une représailles à la mort de trois d’entre eux, lors d’un raid israélien en Cisjordanie, vendredi 23 septembre. Le Hamas entendait également venger la mort de quinze personnes tuées, vendredi 23 septembre 2005, lors d’une parade militaire dans le camp de réfugiés de Djabalia, dans la bande de Gaza. Le Mouvement de la résistance islamique a imputé cette explosion à Israël, ce que l’Etat juif a démenti. L’Autorité palestinienne a aussi mis en cause le Hamas, en lui reprochant de transporter des explosifs au milieu d’une foule de civils.

Dans un communiqué, Shaul Mofaz a réclamé de nouvelles frappes aériennes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, contre les ateliers dans lesquels Hamas et Djihad islamique assemblent leurs roquettes artisanales. Le ministre de la Défense a aussi prévenu que l’armée envisageait de lancer une offensive terrestre dans la bande de Gaza. Le Hamas, qui observait de facto la trêve, conclue en février 2005, entre Ariel Sharon et le président palestinien Mahmoud Abbas, a jugé qu’il était désormais "temps de frapper avec toutes nos forces". "Quiconque sème l’horreur et la mort au sein de notre peuple palestinien ne récoltera que mort violente et horreur dans ses villes et dans ses rues", menace l’aile militaire du Hamas dans un communiqué.

Le Premier ministre palestinien, Ahmed Qoreï a estimé que les frappes israéliennes étaient "extrêmement graves". "Nous tenons Israël responsable de la dégradation de la situation", a-t-il déclaré. Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, a contacté Israéliens et Palestiniens pour tenter de contribuer au retour au calme. Dans un communiqué, Aboul Gheit a mis en garde contre "un retour au cycle de la violence" et il a qualifié les frappes israéliennes de "violation du droit international".

Cette flambée de violences devrait donner des arguments, au sein du Likoud, aux adversaires d’Ariel Sharon, qui l’accusent d’avoir trahi Israël en démantelant les colonies de Gaza. Le comité central du Likoud doit se réunir, à partir de dimanche 25 septembre, pour examiner la proposition de Benjamin Netanyahu, rival d’Ariel Sharon, sur la tenue de primaires anticipées pour la direction du parti. Un vote doit avoir lieu lundi 26 septembre 2005 et le Premier ministre a menacé de quitter le parti en cas d’accélération du calendrier interne. D’après les sondages, Ariel Sharon remporterait haut la main d’éventuelles élections législatives s’il prenait la tête d’une nouvelle formation "centriste".

Reuters

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source