retour article original

mardi 21 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (17ème partie) : De mai 2005 à décembre 2005
AFP, 27 septembre 2005

Irak : Un chef d’Al-Qaïda tué à Bagdad


BAGDAD (AFP) - Les forces irakiennes et américaines ont porté un coup dur à Al-Qaïda, en tuant le numéro deux présumé de l’organisation en Irak, lors d’une opération, à Bagdad, alors que la police a de nouveau été la cible, mardi 27 septembre 2005, d’un attentat suicide qui a fait dix morts au nord de la capitale.


Le numéro deux présumé du réseau terroriste en Irak, Abdallah Mohammed Al-Jouari, alias Abou Azzam ou encore Abdallah Nahim, a été tué, lundi 26 septembre 2005, lors d’une opération conjointe irako-américaine, à Bagdad. "Nous avons réussi à tuer le numéro deux d’Al-Qaïda en Irak", a affirmé le conseiller à la sécurité nationale, Mouaffak Al-Roubaï, qui a décrit cette opération comme un "coup majeur" pour le gouvernement. Abou Azzam s’est infiltré en Irak en avril 2005, et est "présumé responsable de la mort de 1200 habitants de Bagdad", la plupart dans des attentats à la voiture piégée, a précisé M. Roubaï.

Abou Azzam "était le commandant en chef des opérations d’Al-Qaïda en Irak et émir de Bagdad", a dit une porte-parole de l’armée américaine, le lieutenant Michelle Lunato. Selon Michelle Lunato, le raid qui a conduit à la mort d’Abou Azzam a eu lieu, dimanche 25 septembre 2005, à 04h50, dans un "grand immeuble d’habitation" de la capitale. "Au cours de l’opération, qui a été menée avec l’intention de le capturer, il a ouvert le feu et a été tué par des tirs de riposte", a-t-elle ajouté. Selon l’armée, "une autre personne été blessée" dans cette opération, qui a été montée à la suite de "plusieurs sources de renseignements et des informations d’un proche associé d’Azzam". Abou Azzam "était responsable des attaques les plus récentes et les plus sanglantes à Bagdad", a précisé Michelle Lunato. Les forces irakiennes et américaines annoncent régulièrement la capture ou la mort de responsables d’Al-Qaïda en Irak, mais c’est la première qu’un si haut membre est tué. Son chef, le jordanien Abou Moussab Al-Zarqaoui, reste cependant introuvable.

L’organisation semble avoir été fortement déstabilisée, en septembre, avec une vaste opération dans la ville de Tal Afar, près de la frontière syrienne, censée abriter nombre de résistants et de combattants étrangers. En riposte, Al-Qaïda avait lancé une série d’attaques, le 14 septembre 2005, à Bagdad, qui avait fait au moins 128 morts, en faisant la journée la plus meurtrière dans la capitale depuis le 1er mai 2003, date de la fin des opérations majeures dans le pays.

Parallèllement, la violence s’est poursuivie sans relâche dans le pays. Dix policiers ont été tués et vingt-six autres blessés, mardi 27 septembre 2005, dans un attentat suicide contre un centre des commandos de la police, à Baaqouba, au nord de Bagdad, selon une source du ministère de l’Intérieur. Les victimes étaient rassemblées devant le centre de la police, dans le quartier de Baaqouba Al-Jadida, en attendant d’y effectuer leur premier jour de travail dans les rangs des commandos de la police. Un kamikaze s’est alors infiltré parmi une foule de plusieurs dizaines d’entre eux et a fait exploser sa ceinture d’explosifs.

Les corps de vingt-deux hommes, tués par balles il y a plusieurs jours, ont été retrouvés, mardi 27 septembre 2005, près de la frontière iranienne, ont affirmé des sources sécuritaires irakiennes. A Kirkouk, un officier des forces anti-terroristes a été abattu, alors qu’un policier a été tué dans l’explosion d’une bombe contre sa patrouille, selon des sources policières. A Bagdad, cinq personnes ont également été blessées dans une attaque à la voiture piégée contre un véhicule une compagnie de sécurité privée.

Enfin, le secrétaire général de l’OTAN, Jaap de Hoop Scheffer, a inauguré, en présence du Premier ministre irakien, Ibrahim Jaafari, le centre de formation des officiers irakiens de Roustoumiyah, dans la banlieue sud de Bagdad, qui sera géré par l’Alliance atlantique. L’OTAN, qui n’a pas participé aux opérations militaires en Irak, du fait de l’opposition de pays comme la France et l’Allemagne, avait lancé, en 2004, une mission de formation des forces de sécurité irakiennes, à la demande des autorités de Bagdad.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source