retour article original

samedi 22 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Côte d’Ivoire (2ème partie) : Du 10 janvier 2005 au 28 décembre (...)
AFP, 2 octobre 2005

Côte d’Ivoire : Paris souhaite des élections présidentielles "au plus tard" début 2006


La France estime que des élections "transparentes" doivent avoir lieu en Côte d’Ivoire "au plus tard" au début de l’année 2006, a déclaré, dimanche 2 octobre 2005, le ministre des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy.


"Il est nécessaire que ces élections se fassent le plus vite possible. Nous avons besoin, au plus tard en début d’année prochaine, d’élections transparentes qui permettent de faire revenir la démocratie en Côte d’Ivoire", a déclaré Philippe Douste-Blazy sur la radio française Europe 1. "Il faut aller vite et prendre cette affaire, très, très au sérieux. La crise qui vise a couper la Côte d’Ivoire en deux aujourd’hui est très profonde", a ajouté le chef de la diplomatie française. "Il me semble que de manière unie, l’Union africaine, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (CEDEAO), mais aussi les Nations Unies, et tout particulièrement le Conseil de sécurité, doivent expliquer qu’il faut mettre en place les deux engagements de toutes les parties ivoiriennes, premièrement des élections transparentes avec une observation internationale, et deuxièmement le désarmement de toute milice", a-t-il ajouté. M. Douste-Blazy a laissé pointer la menace de sanctions internationales, en affirmant que "si ce n’est pas fait, alors il faut que le Conseil de sécurité des Nations Unies s’en occupe". Il a ajouté "qu’aujourd’hui, le moment est venu d’être très strict, très ferme".

L’élection présidentielle, prévue le 30 octobre 2005, a dû être reportée, en raison de nombreux désaccords entre les protagonistes de la crise, notamment sur le désarmement de la rébellion, mais aussi en raison de l’impréparation matérielle du scrutin. L’opposition politique et la rébellion demandent à M. Gbagbo de quitter son poste le 30 octobre 2005, et souhaitent la mise en place d’une transition politique, ce que refuse catégoriquement le président, estimant qu’il ne rendra le pouvoir qu’au nouvel élu conformément à la Constitution.

Quelque 4000 soldats français sont en Côte d’Ivoire dans le cadre de l’opération Licorne. Ils sont chargés, aux côtés de 6500 Casques bleus, du maintien de la paix dans le pays.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source