retour article original

mercredi 22 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Algérie
AP, 10 octobre 2005

Alger souhaite une action collective sur l’immigration clandestine


Des immigrés clandestins dans un centre de Médecins sans Frontières, à la frontière du Maroc et de l’Algérie, le 7 octobre 2005

ALGER (AP) - L’Algérie, soucieuse de ne pas se voir accusée laisser passer les migrants clandestins africains vers le Maroc, appelle, par la voix de son ministère des Affaires étrangères, à "une action collective et résolue pour faire face à ce problème tant dans ses manifestations immédiates que dans ses causes", selon un communiqué diffusé par l’agence de presse officielle APS.

Algérie


Reconnaissant qu’elle demeure un pays de transit pour de nombreux immigrants, et que près de 6000 immigrés clandestins ont été refoulés de son territoire en 2004, l’Algérie estime "que le drame humanitaire dont le Maroc vient d’être le théâtre ne peut (lui) être imputé, et estime, dans le communiqué publié dimanche 9 octobre 2005 au soir, que "c’est un drame qui interpelle toute la communauté internationale et qui transcende les considérations politiciennes".

Des immigrés clandestins à la frontière entre le Maroc et l’Algérie, le 8 octobre 2005

"Dans cette perspective, la lutte contre l’immigration illégale ne saurait être limitée à des opérations ponctuelles de police qui, pour nécessaires qu’elles soient, n’en sont pas moins insuffisantes au regard d’une situation d’une telle sensibilité et d’une telle complexité", explique le ministère algérien des Affaires étrangères. Et de suggérer qu’"il est nécessaire, à cet effet, que s’instaure une coopération internationale efficace pour dégager des solutions satisfaisantes aussi bien pour les pays d’origine et les pays de transit que pour les pays d’accueil, dans le respect de la dignité humaine et des valeurs morales partagées par l’ensemble de la communauté mondiale". Alger rappelle qu’il a déjà présenté une initiative pour la résolution du problème de l’immigration clandestine.

Des immigrés clandestins, à Bouarfa, au Maroc, le 9 octobre 2005

Plusieurs centaines de candidats à l’immigration en Europe, originaires pour la plupart d’Afrique sub-saharienne, tentent d’infiltrer au péril de leur vie les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla sur la côte nord du Maroc. Certains ont réussi à passer mais des expulsions ont commencé, d’autres ont été refoulés, certains sont morts dans les opérations et d’autres encore ont été abandonnés aux confins désertiques du Maroc.

Associated Press

Des immigrés clandestins, à Bouarfa, au Maroc, le 9 octobre 2005

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source