retour article original

jeudi 22 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (12ème partie) : De juin 2005 à décembre (...)
AFP, 25 octobre 2005

Proche-Orient : Les perspectives de paix sont redevenues chimériques


GAZA (AFP) - L’armée israélienne a bombardé à l’artillerie et l’aviation des objectifs, lundi 24 octobre et dans la nuit, dans la bande de Gaza, en riposte à des tirs, par des résistants palestiniens, de roquettes sur le territoire israélien qui n’ont pas fait de victimes.


Des membres du mouvement palestinien Jihad islamique ont annoncé auparavant qu’ils ne respecteraient plus la trêve après la mort d’un chef de la branche armée du groupe tué, la veille, en Cisjordanie, par l’armée israélienne. L’armée israélienne a lancé une vaste offensive contre le Jihad islamique et a arrêté plusieurs dizaines des membres de ce groupe en Cisjordanie ces derniers mois. Le Jihad islamique est une petite formation intégriste qui agit dans l’ombre du Hamas, un mouvement beaucoup plus important. Des hélicoptères d’assaut israéliens ont effectué deux raids, dans la nuit de lundi 24 octobre à mardi 25 octobre 2005, contre des objectifs dans la bande de Gaza, après des tirs d’artillerie et de missiles contre des zones inhabitées.

Un raid a visé un bâtiment du Fatah, le mouvement du leader palestinien Mahmoud Abbas, à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, selon des sources. Le bâtiment, atteint par des tirs de roquettes, a été endommagé. On ne signale pas de blessés. Un second raid a visé un bâtiment d’une association islamique liée au mouvement Jihad Islamique, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. Le raid a fait cinq blessés, dont deux femmes, selon des sources médicales. Le bâtiment a été sérieusement endommagé. Un porte parole militaire a confirmé les deux raids, déclarant que le premier visait une permanence des Brigades des Martyrs d’Al Aqsa, un groupe armé lié au Fatah, mais relativement autonome, et le second visait un local du Jihad islamique.

Les incidents ont commencé lorsque deux roquettes artisanales tirées à partir de la bande de Gaza sont tombées tout près de la clôture séparant Gaza du territoire israélien, sans faire ni dégât ni victime. Un système d’alerte électronique opérant dans la ville voisine de Sdérot a averti juste auparavant les habitants du tir de cinq roquettes vers la cité. Selon des témoins palestiniens, une dizaine de roquettes ont été tirées en direction d’Israël à partir de la localité de Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza.

Il s’est agi du premier tir de roquettes palestiniennes contre le territoire israélien depuis la décision, annoncée le 27 septembre, des groupes armés palestiniens de mettre fin à leurs attaques depuis la bande de Gaza d’où Israël a achevé son retrait le 12 septembre 2005. Après les tirs du Jihad islamique, l’artillerie israélienne a ouvert le feu en soirée "sur des zones inhabitées d’où avaient été tirées les roquettes", selon un porte-parole militaire. Des témoins palestiniens ont confirmé des explosions d’obus sans faire état de victime. Des avions de combat israéliens ont également tiré trois missiles air sol dans le secteur sans faire non plus de blessé, selon le ministère palestinien de l’Intérieur. Des hélicoptères d’assaut israéliens ont ensuite opéré durant la nuit à Beit Hanoun et Rafah.

Un porte-parole des Brigades Al-Qods, bras armé du Jihad, a revendiqué les tirs de lundi 24 octobre, affirmant que "cette opération héroïque est la première de celles destinées à venger l’assassinat" de son chef en Cisjordanie, Louaï Saadi, 32 ans, tué par l’armée israélienne. Lors de cette opération israélienne, à Tulkarem, dans le nord de la Cisjordanie, un autre membre de 28 ans, Majed Al-Achkar, a été tué par les tirs israéliens. Selon l’armée, Louaï Saadi était directement responsable de la mort de douze Israéliens, dont cinq tués dans un attentat suicide, le 25 février, à Tel-Aviv. Il est également accusé d’avoir été le cerveau d’un attentat, commis le 12 juillet 2005, contre un centre commercial de Netanya, qui avait fait cinq morts.

Le négociateur en chef palestinien, Saëb Erakat, a condamné l’opération israélienne. "Nous condamnons cette escalade israélienne à Tulkarem, de même que cette politique d’assassinats qui menace l’accalmie", a-t-il dit.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source