retour article original

samedi 22 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (17ème partie) : De mai 2005 à décembre 2005
24 heures.ch, 2 novembre 2005

Irak : A 10 ans, il se fait exploser dans un attentat suicide


Un enfant d’une dizaine d’années s’est fait exploser, le 1er novembre 2005 au matin, dans le nord de l’Irak. Il visait le convoi d’un chef de la police de Kirkouk, une ville située à 250 kilomètres au nord de Bagdad, dans une zone pétrolifère.


Le convoi du général Khattab Abdallah Aref arrivait tout juste au poste de police de Kirkouk. C’est alors que ce haut gradé aperçoit un enfant courant vers son véhicule. Il devait avoir 10 à 13 ans, raconte le général aux journalistes de l’AFP en poste à Bagdad. Le garçon se serait lancé contre la voiture, avant de déclencher la charge contenue dans sa ceinture d’explosifs. Le kamikaze a perdu la vie dans cette opération suicide peu commune en Irak. Le chef de la police de Kirkouk s’en est sorti avec des éclats au ventre, à la poitrine et à la jambe. Avec son chauffeur, lui aussi blessé dans l’explosion, le général Khattab est soigné dans l’hôpital de cette ville pétrolifère.

Ce chef de la police locale ne rechigne jamais à s’exprimer dans les médias irakiens. Il témoigne souvent des actions terroristes commises dans la région de Kirkouk. Le 1er novembre 2005, il était inatteignable. C’est pourtant lui qui a contacté l’agence française à Bagdad pour lui raconter son histoire. Le bureau irakien de l’AFP a préféré ne pas nous communiquer ses contacts dans le nord du pays. Travaillant dans des conditions extrêmes à Bagdad, ces journalistes invoquent à demi-mots des motifs sécuritaires pour expliquer leur discrétion.

Kirkouk est aujourd’hui coupée du monde. Un membre du Parti patriotique du Kurdistan (PUK) nous confiait, le 1er novembre, combien il est difficile d’établir des contacts avec cette région en proie à des attentats quasi quotidiens. Il n’était lui-même pas au courant de cet attentat suicide. Coupant court à la communication, et préférant aussi rester anonyme, ce politicien en exil affirme toutefois qu’il ne se passe pas « une journée sans explosion » dans cette ville. Des sources « sécuritaires » de l’AFP ont précisément évoqué, le 1er novembre 2005, deux autres explosions d’engins piégés visant des patrouilles policières et militaires à Kirkouk. Deux policiers et trois gardes nationaux auraient été blessés.

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source