retour article original

jeudi 22 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Côte d’Ivoire (2ème partie) : Du 10 janvier 2005 au 28 décembre (...)
AFP, 2 novembre 2005

Côte d’Ivoire : Sanctions contre des assassins et leurs complices au sein de l’armée française


PARIS (AFP) - Michèle Alliot-Marie a prononcé, mercredi 2 novembre 2005, des sanctions "très lourdes" contre le général Henri Poncet et un autre général, après le meurtre dans des conditions atroces d’un Ivoirien par des soldats français, une affaire qui a créé un malaise dans l’armée française.


Le ressortissant ivoirien, Firmin Mahé, un "coupeur de routes" soupçonné d’actes criminels par les forces françaises, a été "tué par étouffement par des militaires français dans un véhicule blindé, entre Bangolo et Man, le 13 mai", a confirmé le rapport d’enquête remis, mercredi 2 novembre 2005, au ministre de la Défense. Des sources proches du dossier avaient confirmé la semaine dernière à l’AFP des révélations de la presse selon lesquelles ce suspect, blessé par des tirs français, avait ensuite été étouffé au moyen d’un sac en plastique. "Le commandant de la force Licorne (le général Poncet) a été informé des faits, mais ne les a pas portés à la connaissance de ses autorités hiérarchiques", a précisé le rapport d’enquête.

Le général Henri Poncet, qui dirigeait l’opération Licorne en Côte-d’Ivoire au moment des faits, en ma 2005, ainsi que son adjoint, le général Renaud de Malaussène, sont frappés d’un blâme, une sanction "très lourde", a expliqué à la presse après l’annonce de cette mesure le général Henri Bentégeat, chef d’état-major des armées. Cette sanction, la plus grave d’ordre disciplinaire dans l’armée, touche deux généraux "aguerris, à la compétence reconnue", selon le général Bentégeat, et auxquels avaient été confiées des missions délicates. Le général de Malaussène, il commandait la brigade multinationale nord-ouest de la KFOR à Novo Selo (Kosovo). Le général Poncet est muté à la Direction du renseignement militaire et son ancien adjoint a été affecté à la région Sud-Est à Lyon. Aucun blâme n’avait été infligé par un ministre à un officier général depuis au moins une quinzaine d’années, selon le général Bentégeat.

Lorsque cette affaire avait été annoncée par le ministère de la Défense le 17 octobre, trois militaires avaient été suspendus : le général Poncet, le colonel Eric Burgaud et un adjudant-chef. Le ministre a décidé, mercredi 2 novembre 2005, de suspendre aussi deux "militaires du rang dont l’enquête de commandement a établi qu’ils étaient présents avec l’adjudant-chef précédemment suspendu dans le véhicule où a été tué Firmin Mahé". Ces trois militaires et leur chef de corps seront traduits devant un conseil d’enquête "afin que soient proposées des sanctions adaptées à leurs responsabilités".

A ces sanctions militaires pourraient s’ajouter des poursuites devant les tribunaux. "Le ministre de la Défense a ordonné la déclassification du rapport d’enquête de commandement et sa transmission au juge d’instruction", a précisé le ministère. En effet, le procureur du tribunal aux armées de Paris a ouvert une information judiciaire contre X pour "homicide volontaire". "Le rapport, précise le ministère, fait apparaître deux niveaux de responsabilités, celui de l’implication directe ou indirecte dans l’homicide d’une part, celui de la falsification des rapports et de la dissimulation de l’ensemble des faits d’autre part."

L’opération Licorne, d’interposition entre rebelles et soldats réguliers en Côte-d’Ivoire, est particulièrement risquée car elle implique des soldats français dans un pays où la haine de l’ancienne puissance coloniale peut à tout moment ressurgir. La France maintient 4000 soldats en Côte-d’Ivoire, dans la force Licorne, aux côtés de plus de 7000 Casques bleus engagés dans l’Opération des Nations Unies dans ce pays (Onuci).

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source