retour article original

jeudi 27 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (2ème partie) : Du 1er mars 2004 au 31 mars 2004
AFP, 2 mars 2004

Irak : plusieurs dizaines de morts dans des explosions simultanées à Kerbala et Bagdad


KERBALA (AFP) - Des bombes ont explosé mardi presque simultanément mardi matin à Kerbala, au centre de l’Irak, où elles ont fait au moins trente morts, et à Bagdad, où au moins 8 personnes ont été tuées, selon des témoins, alors que les chiites observent la journée de deuil de l’Achoura.

D’autres victimes étaient amenées en un flux incessant à l’hôpital sur des brancards ou enroulées dans des couvertures, dans des ambulances ou des voitures privées.


Après les explosions à Kerbala, de la fumée s’élevait au nord et au sud de la ville sainte où plus d’un million de fidèles chiites marquent l’anniversaire de la mort de Hussein, leur 3ème immam vénéré et petit-fils du prophète Mahomet, enterré dans cette ville sainte.

Selon des témoins, les bombes étaient dissimulées dans des sacs et des cartons. La plupart ont explosé près du mausolée d’Abbas, le demi-frère de l’imam Hussein. Des fidèles se sont mis à pleurer tandis que des scènes de panique se sont produites dans le centre de la ville sainte.

La chaîne de télévision Al-Arabiya a montré des images de corps inanimés et déchiquetés dans les rues de Kerbala, des passant tentant de porter secourir des blessés ensanglantés.

Pratiquement au même moment, une explosion s’est produite à Bagdad, faisant au moins huit morts et 25 blessées dans le mausolée chiite de l’imam Moussa al-Kazem à Bagdad, selon un témoin, Louaï Ali Thaï, qui a participé aux premières opérations de secours.

"J’ai évacué huit corps du mausolée et j’évalue le nombre de blessés à 25", a déclaré ce témoin, qui venait de quitter le lieu saint chiite du centre de Bagdad où des milliers de personnes étaient réunies pour célébrer l’Achoura.

Le secteur a été entièrement bouclé par la police et des ambulances se frayaient difficilement leur chemin vers le lieu de l’explosion.

Ces explosions se sont produites alors que les chiites irakiens, majoritaires dans le pays, défilaient à Kerbala et Najaf, leurs villes saintes, pour célébrer l’Achoura qui marque le "martyre" au 7ème siècle de l’imam Hussein, l’une des figures les plus emblématiques de la communauté chiite.

Sous le régime de Saddam Hussein, il était interdit à cette communauté de pratiquer leur foi en effectuant les rites traditionnels de l’Achoura, comme la flagellation pour les hommes ou les lamentations pour les femmes.

Leur célébration doit culminer mardi, le 10ème jour du mois de Mouharram du calendrier musulman, consacré au deuil du petit-fils du prophète Mahomet, tué en 680 par des partisans du calife sunnite Yazid.

L’anniversaire est le plus important deuil des chiites qu’un conflit politico-religieux avait opposé aux sunnites sur la succession du prophète Mahomet. Les chiites voulaient, contrairement aux sunnites, que sa succession (le califat) soit assurée par sa descendance.

Les 25 membres du Conseil de gouvernement irakien ont adopté, dans la nuit de dimanche 29 février à lundi 1er mars 2004, le texte de la Constitution provisoire, résultat d’un compromis difficile entre islamistes et laïcisants. Ce texte fait de l’islam une source de la législation et non sa source exclusive, comme l’exigeaient au départ les islamistes chiites.

"Le Conseil de gouvernement a passé avec succès son premier examen dans l’application du calendrier de l’accord sur le transfert de pouvoir", a déclaré au Caire le chef de la diplomatie irakienne Hoshyar Zebari, en marge de la réunion des ministres arabes des Affaires étrangères.

Dans le texte adopté, l’islam est considéré comme "la religion d’Etat" mais "une" source de la législation et pas sa source exclusive, de quoi satisfaire l’homme le plus puissant d’Irak, l’administrateur américain Paul Bremer, qui ne voulait pas d’un régime islamique.

Sur le fédéralisme, le texte qui sera paraphé mercredi prévoit que le Kurdistan gardera son statut autonome, alors que les autres provinces du pays pourront préparer un gouvernement local, en attendant que cette question soit réglée par un gouvernement élu.

Quant à la représentation des femmes, elle sera d’un minimum de 25% dans l’Assemblée nationale transitoire.

La place de l’islam dans la loi, le fédéralisme et le droit des femmes ont été les principaux points de divergences entre les membres du Conseil transitoire irakien.

Selon le même document, que l’AFP a pu consulter, l’Irak aura un président unique et deux vice-présidents.

L’Assemblée transitoire élue rédigera une Constitution permanente d’ici le 15 août 2005. Ce texte sera soumis à un référendum pas plus tard que le 15 octobre. Un autre scrutin direct pour renouveler l’assemblée aura alors lieu le 15 décembre.

D’autre part, l’arabe et le kurde seront les deux langues officielles de l’Irak, les autres minorités ethniques (chaldo-assyrienne et turcomane) ayant le droit d’utiliser leurs langues dans leurs établissements scolaires.

Cette constitution provisoire est censée régir l’Irak pendant la période transitoire, jusqu’à la tenue d’élections générales avant fin janvier 2005.

Les Etats-Unis insistent régulièrement sur la nécessité de respecter le calendrier pour le transfert des pouvoirs aux Irakiens qu’ils veulent achever à la date prévue du 30 juin.

Le sous-secrétaire d’Etat américain pour les affaires politiques, Marc Grossman, a confirmé cette orientation lundi au Maroc, rappelant toutefois que Washington voulait maintenir sa présence militaire au-delà de cette date.

"Je crois qu’il y aura des forces américaines en Irak quelque temps encore après le 1er juillet", a ajouté le sous-secrétaire d’Etat. Les Irakiens souhaitent la paix et la démocratie mais "ils comprennent qu’ils ne peuvent pas atteindre ce but sans sécurité", a-t-il dit.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, et si vous souhaitez promouvoir la politique d’intérêt général qu’il préconise, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source