retour article original

vendredi 24 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (12ème partie) : De juin 2005 à décembre (...)
AP, Reuters, 3 novembre 2005

Proche Orient : Le Hamas fixe ses conditions à la poursuite de la trêve


JENINE, Cisjordanie (AP) - Des soldats israéliens ont tué par balles un adolescent palestinien de 13 ans qui leur jetait des pierres, alors qu’ils étaient en patrouille à Jénine en Cisjordanie, ont annoncé des responsables hospitaliers. Une balle a atteint Ahmed Ismaïl Khatib à la tête, ajoute-t-on de mêmes sources.


Les soldats israéliens sont en ville à la poursuite d’un fugitif islamiste, Houssam Jarradat, et encerclaient une maison où il s’était retranché.

Associated Press

Le Hamas fixe ses conditions à la poursuite de la trêve

GAZA (Reuters) - Le Hamas n’observera la trêve -qui devait s’étaler jusqu’à la fin 2005- que si les autorités israéliennes cessent leurs opérations militaires et libèrent les détenus palestiniens, a déclaré Mahmoud Al-Zahar, l’un des cadres du mouvement islamiste.

Le Proche-Orient a connu, ces derniers jours, une flambée de violence sans précédent depuis la conclusion, en février 2005, d’un cessez-le-feu auquel les mouvements de résistance ont adhéré implicitement en décrétant une "accalmie". Cette "accalmie était conditionnée à l’arrêt des agressions de l’ennemi et à la libération des prisonniers, de tous les prisonniers (...) Rien de tout cela n’a été fait", a poursuivi Mahmoud Al-Zahar, interrogé à Gaza par Reuters, après les prières de Aïd el Fitr, qui marque la fin du ramadan. "Nous n’allons pas offrir l’accalmie sans contre-partie. Le prix est la libération de notre peuple détenu en Israël et la fin de l’agression israélienne", a-t-il insisté.

La libération des détenus palestiniens est l’une des principales exigences des mouvements de résistance. Neuf cents ont été libérés, depuis l’entrée en vigueur de la trêve, mais 8000 sont encore détenus en Israël, parmi lesquels plusieurs centaines ont été capturés au cours des derniers affrontements.

Seize Palestiniens, pour la plupart membres de mouvements armés, ont été tués dans la vague de représailles qui a suivi l’attentat du 26 octobre 2005, à Hadera, dans lequel cinq Israéliens ont trouvé la mort. Peu impliqué dans ces événements dont le Jihad islamique a été l’un des principaux acteurs, le Hamas se réserve néanmoins le droit de riposter à la mort d’un de ces cadres, tué dans un raid qui visait un dirigeant d’une autre faction. Le mouvement a toutefois fait savoir qu’aucune initiative ne serait prise avant la fin de l’Aïd.

Le Hamas, qui a décidé de présenter ses candidats aux élections législatives de janvier 2006 dans les territoires palestiniens, a plus d’intérêts que les autres mouvements à s’en tenir à une trêve appréciée des Palestiniens. L’Autorité autonome espère que sa participation au scrutin l’amènera à déposer les armes. "Les armes que nous avons marquées de notre sang ne seront remises qu’à nos fils", a toutefois affirmé Mahmoud Al-Zahar.

Les autorités israéliennes font du désarment des factions résistantes un préalable à la reprise du processus de paix. Or Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, a opté pour la négociation plutôt que la manière forte, redoutant une guerre civile. "Israël n’a pas d’illusion au sujet du Hamas", a déclaré Marc Regev, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. "Le Hamas est une organisation terroriste. Nous espérons qu’il sera possible d’avancer avec l’Autorité palestinienne dans le processus de réconciliation, mais le fondement de ce processus doit être le désarmement des mouvements radicaux djihadiste", a-t-il ajouté.

Reuters

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source