retour article original

dimanche 28 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption au Pérou
AFP, 7 novembre 2005

Corruption : Arrestation de l’ancien président péruvien Alberto Fujimori au Chili


Vue de Santiago, au Chili

SANTIAGO (AFP) - L’ancien président péruvien, Alberto Fujimori, accusé, dans son pays d’avoir commandité plusieurs assassinats et de s’être livré à des délits de corruption, est arrivé inopinément, dans la nuit de dimanche 6 novembre à lundi 7 novembre 2005, à Santiago, où il a été arrêté quelques heures plus tard.

Peru


L’ancien chef d’Etat (1990-2000) est arrivé du Japon, où il vivait depuis cinq ans, dans un vol privé, et a annoncé, dans un communiqué, son intention "de résider temporairement au Chili", dans l’attente de retourner au Pérou où il compte se présenter aux élections présidentielles d’avril 2006. Alberto Fujimori, âgé de 67 ans et sur qui pèsent vingt-et-une charges de corruption ou violation des droits de l’homme, avait fui son pays, en novembre 2000, après avoir refusé de démissionner malgré une vague d’accusations de corruption à son encontre. Il s’était réfugié au Japon d’où sa famille est originaire.

Alberto Fujimori

A Lima le premier ministre péruvien, Pablo Kuczynski, avait aussitôt annoncé que son gouvernement avait demandé au Chili "la détention en vue d’extradition du citoyen fugitif de la justice péruvienne Alberto Fujimori". Désigné par la Cour suprême du Chili pour étudier l’extradition, le juge Orlando Alvarez, a ordonné son arrestation. Des agents de la police civile d’investigation ont arrêté Alberto Fujimori à l’hôtel Marriott, où il était descendu, et l’ont conduit à l’école de ce corps de police, sans qu’il oppose de résistance, peu après 02h30. "Le détenu y restera en attendant d’être amené devant le juge", a indiqué une source policière.

Pedro Pablo Kuczynski

La candidate socialiste aux élections présidentielles de décembre 2006, au Chili, Michelle Bachelet, largement en tête dans les sondages, avait estimé, auparavant, qu’Alberto Fujimori devait être "détenu" rapidement conformément au droit international. "Je me demande, comme tous les Chiliens, ce que vient faire ce monsieur au Chili ?", avait t-elle ajouté.

Michelle Bachelet

L’arrestation d’Alberto Fujimori a lieu alors que des tensions sont très fortes entre le Pérou et le Chili concernant leurs frontières maritimes. Elle se produit au moment où le gouvernement péruvien s’apprêtait à demander à la Cour Internationale de La Haye son extradition du Japon comme commanditaire présumé de plusieurs assassinats durant sa présidence et pour le paiement illégal de 15 millions de dollars à son conseiller Vladimiro Montesinos aujourd’hui en prison.

Vladimiro Montesinos

La possibilité légale pour M. Fujimori de se présenter aux élections n’a pas été clairement établie. Le tribunal Constitutionnel du Pérou, d’accord avec le Parlement, l’a déclaré inéligible, tandis que le tribunal electoral, qui affirme être souverain en la matière, ne s’est pas encore prononcé. Plus d’un millier de partisans de l’ex-président, réunis, à Lima, pour une manifestation prévue depuis plusieurs jours, avaient souhaité, dimanche 6 novembre 2005, le retour d’Alberto Fujimori, celui qui "tient parole", tandis qu’une centaine de contre-manifestants criaient sous les fenêtres de l’ambassade du Chili : "frères chiliens, rendez-nous le voleur".

Agence France Presse

Vue de Lima, au Pérou

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source