retour article original

mercredi 22 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (17ème partie) : De mai 2005 à décembre 2005
Reuters, 8 novembre 2005

Irak : Deuxième assassinat d’un avocat du procès de Saddam Hussein


BAGDAD (Reuters) - Des inconnus ont ouvert le feu à Bagdad sur deux avocats de la défense au procès de Saddam Hussein, tuant l’un d’eux et blessant l’autre, apprend-on de sources policières et judiciaires. Adil Al-Zoubeïdi, qui n’a pas survécu à l’attaque, et son confrère, Samir Hamoud Al-Khouzaïe, qui n’est que légèrement blessé, assuraient la défense de Barzane Al-Tikriti, frère de Saddam Hussein, et de l’ancien vice-président Taha Yassine Ramadan, qui comparaissent tous deux au côté de l’ancien maître de Bagdad. La police irakienne précise que l’attaque s’est produite dans le quartier de Hay Al-Adil, dans l’ouest de la capitale irakienne.


Adil Al-Zoubeïdi est le deuxième avocat à payer de sa vie sa participation au procès de Saddam Hussein. Le 20 octobre, au lendemain de la première audience, un autre avocat, Me Saadoun Al-Djanabi, avait été assassiné. Saadoun Al-Djanabi assurait la défense d’Aouad Al-Bander, un ancien juge poursuivi lui aussi dans l’affaire du massacre de Doudjaïl. Des témoins ont affirmé qu’il avait été enlevé par des hommes se présentant comme des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur. Le gouvernement a démenti toute implication dans sa mort. Ce nouvel assassinat visant la défense de Saddam Hussein et de ses sept coaccusés devrait accentuer les inquiétudes relatives à la sécurité des avocats.

Lundi 7 novembre, les juristes chargés de la défense de Saddam Hussein avaient réclamé que le procès soit transféré hors d’Irak afin d’assurer leur sécurité. Mardi 8 novembre 2005, Issam Ghazaoui, porte-parole du comité de défense à Amman, a réagi à ce nouveau meurtre en soulignant qu’il était impossible de "croire qu’un procès équitable puisse se dérouler dans de telles conditions d’insécurité". "Il ne peut y avoir de procès équitable si les témoins, les juges et les avocats ne bénéficient pas des mêmes garanties de sécurité", a-t-il ajouté.

Saddam Hussein et sept de ses anciens collaborateurs sont accusés de crimes contre l’humanité pour la mort de 148 personnes tuées en représailles à une tentative d’assassinat de l’ancien président irakien, en 1982, dans le village à majorité chiite de Doudjaïl. Au terme de la première audience, le procès a été ajourné au 28 novembre 2005, le juge ayant constaté que des témoins étaient trop effrayés pour témoigner.

Reuters

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source