retour article original

lundi 27 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (17ème partie) : De mai 2005 à décembre 2005
AFP, 16 novembre 2005

Irak : Les sunnites demandent une enquête sur les tortures


BAGDAD (AFP) - Des dirigeants sunnites irakiens, doutant de la volonté du gouvernement de faire la lumière sur des cas de torture dans un centre de détention secret, à Bagdad, ont demandé, mercredi 16 novembre 2005, une enquête indépendante.


Selon ces responsables, la torture est pratiquée à grande échelle par les services de sécurité, dirigés et dominés par les chiites qui contrôlent l’essentiel des postes dans le gouvernement d’Ibrahim Jaafari.

Le Premier ministre a ordonné, mardi 15 novembre, une enquête sur 173 cas de détenus emprisonnés sans décision de justice, qui souffraient, selon lui, de sous-alimentation et qui ont fait l’objet de tortures. Ces détenus, en majorité des sunnites, avaient été découverts, dimanche 13 novembre 2005, par des soldats américains dans un bâtiment du ministère de l’Intérieur.

"Le gouvernement ne peut être juge et partie. Ce cas n’est pas isolé et nous réclamons une enquête internationale pour mettre un terme à ces exactions", a affirmé cheikh Abdel Salam al-Koubaïssi, responsable des relations extérieures du Comité des oulémas, principale association religieuse sunnite. Le Parti islamique, principale formation politique sunnite, a fait la même demande. "Nous souhaitons une enquête impartiale et internationale car nous pensons que des parties haut placées dans le gouvernement peuvent être impliquées", a déclaré son porte-parole Ayad Al-Samarraï, sans les nommer. "Nous avons affirmé depuis un certain temps qu’il y avait des arrestations sans aucune base légale et que des violations des droits de l’Homme, notamment des cas de torture, étaient commises par des services officiels", a-t-il dit. Le Comité des oulémas affirme "avoir des témoignages de détenus torturés". "Nous avons remis à Amr Moussa (secrétaire général de la Ligue arabe) ces documents lors de sa visite à Bagdad", le 20 octobre 2005, a dit M. Koubaïssi. Il a accusé "des services du ministère de l’Intérieur d’interpeller les gens la nuit chez eux, sous l’accusation d’être terroristes, puis d’extorquer sous la torture des aveux dont des passages sont retransmis à la télévision". Plusieurs sont libérés, après un ou deux mois, "moyennant argent, et sans qu’une quelconque preuve ait été retenue contre eux", a ajouté M. Koubaïssi. Près de 170 imams du Comité "sont détenus sans jugement dans les labyrinthes du ministère de l’Intérieur", a-t-il affirmé, ajoutant qu’"un seul a été libéré et transféré à Amman pour y être soigné d’une embolie cérébrale". "Un autre détenu, Hareth Al-Samarraï, arrêté le 17 juillet 2005 et libéré il y a deux semaines, a indiqué avoir payé 110000 dinars (environ 80 dollars) pour être libéré", a dit le responsable, ajoutant qu’à sa libération, ce détenu "était une loque, et portait les traces des chocs électriques sur son corps".

La mission de l’ONU en Irak s’est faite l’écho de nombreuses plaintes sur la détention, sans ordre de justice, de suspects par les services de sécurité. La Force multinationale (FMN) et l’ambassade des Etats-Unis en Irak ont affirmé, tard mardi 15 novembre 2005, que les mauvais traitements de prisonniers ne seront pas tolérés et qu’ils allaient apporter leur assistance à l’enquête officielle. L’armée américaine avait été elle même au centre d’un scandale révélé par la presse, au printemps 2004, pour de mauvais traitements infligés à des prisonniers irakiens dans le centre de détention d’Abou Ghraib, à l’ouest de Bagdad.

Par ailleurs, l’armée américaine a annoncé la mort, mardi 15 novembre, de trois de ses soldats par l’explosion d’une bombe à Bagdad. Selon, l’organisme indépendant Iraq Coalition Casualties, 2072 GI’s ou civils américains assimilés militaires sont morts en Irak, depuis l’invasion du pays, en mars 2003. L’armée américaine a aussi indiqué avoir arrêté, le 7 novembre, un chef d’Al-Qaïda, Sadek Ayadah Hussein Matar, surnommé Abou Ahmed, près de la frontière syrienne, "en compagnie de plusieurs terroristes et combattants étrangers". Elle mène, avec des soldats irakiens, une offensive appelée "Rideau de fer" dans cette région depuis le 5 novembre 2005.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source