retour article original

mardi 23 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Haïti (3ème partie) : Mars 2004
AP, 3 mars 2004

Haïti : Washington traite les libérateurs d’Haïti de "racaille"

Suivi d’un commentaire


Les libérateurs d’Haïti, au milieu d’une foule de "racaille"

WASHINGTON (AP) -Les Etats-Unis ont opposé, mardi 2 mars 2004, une fin de non-recevoir aux demandes de participation au pouvoir des rebelles haïtiens, soulignant qu’ils devaient déposer les armes et permettre la succession du président déchu Jean-Bertrand Aristide.


Rejetant les propos du dirigeant rebelle Guy Philippe affirmant qu’il était le nouveau chef de l’armée d’Haïti, le secrétaire d’Etat adjoint Roger Noriega a déclaré qu’il ne « contrôlait rien à part un groupe de racailles ».

Roger Noriega : La racaille, c’est lui !

« Il y a un processus politique en cours pour choisir le successeur d’Aristide et les rebelles n’y jouent aucun rôle », a de son côté affirmé le porte-parole du département d’Etat Richard Boucher. »

Tous les mouvements illégaux doivent déposer les armes », a-t-il ajouté.

Richard Boucher

Richard Boucher a également expliqué que les soldats américains et français aidaient la police haïtienne à reprendre le contrôle de la situation. « Les rebelles doivent démanteler leurs groupes et rentrer chez eux », a-t-il encore lancé.

« Et il faut que les choses soient claires : c’est notre position », a-t-il souligné.

Le département d’Etat a réaffirmé qu’un nouveau gouvernement haïtien serait formé en vertu de la constitution du pays.

Selon Richard Boucher, l’ambassadeur américain en Haïti, James Foley, était en contact mardi avec des membres du gouvernement d’Aristide et de l’opposition pour mettre sur pieds « un conseil de personnes éminentes chargé de nommer un Premier ministre et un nouveau gouvernement ».

Associated Press

James Foley : l’exécutant des complots de Washington contre le peuple haïtien

Commentaire

Face à une telle arrogance, il ne reste au peuple haïtien qu’une seule chose à faire : entrer immédiatement en guerre contre les troupes américaines à Haïti.

C’est cela ou le rétablissement de l’esclavage par marionnettes interposées.

Il est du devoir moral de la France et des Nations Unies de se désolidariser totalement de l’attitude inqualifiable du gouvernement des Etats-Unis et d’accorder un soutien sans réserve à la population outragée d’Haïti.

Frank BRUNNER

Guy Philippe, devant le palais présidentiel, à Port-au-Prince, le 1er mars 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, et si vous souhaitez promouvoir la politique d’intérêt général qu’il préconise, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source