retour article original

mardi 28 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Erythrée
AFP, 21 novembre 2005

Erythrée : Addis Abeba cherche une diversion à la crise, selon Issaias Afeworki


Vue d’Asmara

Le président érythréen, Issaias Afeworki, estime que "les communiqués évoquant (...) une guerre imminente" entre l’Erythrée et l’Ethiopie sont une "invention" du pouvoir d’Addis Abeba pour "détourner l’attention de la crise actuelle en Ethiopie", selon un communiqué officiel. L’opposition éthiopienne refuse de reconnaître les résultats des élections législatives du 15 mai, qui ont donné la victoire au pouvoir sortant. Des affrontements entre opposants et police ont fait au moins 85 morts depuis juin 2005.

Erythrée


M. Issaias a ajouté que la "patience (érythréenne) ne pouvait continuer indéfiniment", à propos de la démarcation de la frontière, dans un rare entretien, en tigréen, à la télévision nationale, dont un résumé en anglais a été publié, dimanche 20 novembre 2005 au soir, à Asmara par le gouvernement. "Les communiqués évoquant la reprise d’une guerre imminente entre l’Erythrée et l’Ethiopie sont l’invention du TPLF (Front populaire de libération du Tigré, ancienne rébellion au pouvoir aujourd’hui en Ethiopie) (...) afin de détourner l’attention de la crise interne actuelle en Ethiopie", a commenté Issaias Afeworki. Lorsque le Conseil de sécurité de l’ONU "prétend que "puisque qu’une guerre est inévitable, une résolution sévère doit être adoptée à l’égard des deux pays, et que puisque l’Erythrée a interdit aux hélicoptères de l’ONU de voler, une résolution encore plus sévère doit être prise contre elle", cela n’est rien d’autre qu’une pure perte de temps", a jugé M. Issaias.

Manifestation antigouvernementale, à Addis Abeba, en Ethiopie, le 6 juin 2005

L’Erythrée et l’Ethiopie ont mené une guerre frontalière, de 1998 à 2000, qui a fait environ 80000 morts. En 2000, ils ont signé un accord de paix par lequel ils s’engageaient à respecter le tracé qui serait décidé par une commission indépendante. Mais l’Ethiopie refuse ce tracé. Les tensions demeurent fortes entre les deux pays. La Mission de l’ONU en Ethiopie et en Erythrée (Minuee) a relevé, ces dernières semaines, des "mouvements de troupes" des deux pays dans la zone frontalière. Asmara interdit également de vol les hélicoptères de la Minuee et a limité les patrouilles des Casques bleus à la frontière.

Un démineur de l’ONU, à la frontière entre l’Erythrée et l’Ethiopie, en mars 2003

Evoquant par ailleurs la décision du gouvernement d’Asmara d’arrêter, depuis septembre, l’essentiel des distributions gratuites d’aide alimentaire, M. Issaias a jugé que "les partenariats d’aide permanents sont seulement l’indication de problèmes persistants et insolubles de famine", ce qui n’est pas le cas de l’Erythrée, selon lui. Cette suspension a suscité l’inquiétude d’organisations humanitaires, qui soulignent que, selon l’ONU, deux-tiers des quelque 3,5 millions d’Erythréens ont besoin d’aide alimentaire en 2005. Le chef de l’Etat a également évoqué "l’émergence d’organisations, opérant sous l’apparence de l’aide humanitaire et utilisant des noms de grandes religions, mais qui sont au contraire engagées dans des intrigues malveillantes, des actes de terrorisme et d’espionnage", ajoute le communiqué gouvernemental, selon qui M. Issaias a noté que "la politique pour contrôler de telles dérives a été améliorée".

Agence France Presse

Issaias Afeworki

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source