retour article original

vendredi 21 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Haïti (3ème partie) : Mars 2004
Genève, le 3 mars 2004

Le rôle de la CIA à Haïti et au Venezuela

par Frank BRUNNER


Depuis le début de l’insurrection haïtienne, on observe, à travers les dépêches d’agence de presse -et plus particulièrement les dépêches de Reuters et d’Associated Press (AP)-, une campagne de désinformation très probablement orchestrée par la CIA.

On mentionnera qu’il n’est pas du tout nécessaire que les journalistes soient consciemment complices de la campagne de désinformation. Ils se font "bourrer le crâne" à coups d’affirmations péremptoires ou de rumeurs délibérément mises en circulation et qu’ils colportent en se persuadant de détenir un scoop...

Butteur Métayer, ex-chef de "l’armée cannibale", aux Gonaives, le 19 février 2004


Avant la libération de Port-au-Prince, cette campagne de désinformation visait à dépeindre les libérateurs comme des « terroristes » assoiffés de sang ; et à présenter Jean-Bertrand Aristide comme « l’ami du peuple ».

Les tueurs de Jean-Bertrand Aristide avaient pour mission de se livrer à des assassinats, lesquels étaient ensuite imputés aux insurgés. On affectait de redouter un exode massif des Haïtiens, alors même qu’on faisait tout pour provoquer cet exode.

Armed men identifying themselves as a rebels of the Front for the Liberation of Haiti, and that they were patrolling the streets with Haitian police drive past by a dead body in Port-au-Prince, Haiti Sunday, Feb. 29, 2004. (AP)

Depuis la libération de Port-au-Prince, la tactique de la CIA s’est modifiée. On exige des forces de Guy Philippe qu’elles mettent fin aux actes de pillage d’une population affamée et réduite à la plus extrême misère.

A police points a shotgun at a man that was looting flour at a warehouse near the seaport in Port-au-Prince, Haiti, Monday, March 1, 2004. (AP)

On exige également des forces de Guy Philippe qu’elles arrêtent les tueurs de Jean-Bertrand Aristide. Puis, quand les policiers haïtiens ou les troupes de libération interviennent contre les pillards ; ou quand ils contrôlent les passants dans la rue, afin de s’assurer que personne ne dissimule d’armes sous ses vêtements, on filme la scène avec un commentaire disant : « Voyez ces salauds de rebelles, comme ils braquent leurs armes sur les civils de Port-au-Prince ! On vous avait bien dit que ces rebelles sont des terroristes ! Il faut absolument les désarmer pour rétablir la sécurité ! »

A police officer points his shot gun at people passing in front of the presidential palace after Haitian President Jean-Bertrand Aristide’s departure in Port-au-Prince, Haiti, Sunday, Feb. 29, 2004. (AP)

Il est probable que la CIA met actuellement en œuvre un plan similaire au Venezuela. D’un côté, on encourage l’émeute. Les scènes d’émeute sont censées prouver l’impopularité de Hugo Chavez.

Manifestation contre Hugo Chavez, à Caracas, le 29 février 2004

S’il ne réprime pas les émeutes, on affirme que le Venezuela sombre dans l’anarchie. Et s’il réprime les émeutes on dit : « Voyez ce fasciste de Chavez, comme il opprime l’opposition au Venezuela ! »

Un manifestant anti-Chavez, entouré d’un drapeau vénézuélien, fait face aux forces de la Garde nationale, lors d’émeutes à Caracas. Au moins cinq personnes ont trouvé la mort en cinq jours de violences au Venezuela, où la pétition des opposants au président Hugo Chavez n’a pas atteint le nombre de signatures nécessaire à l’organisation d’un référendum sur le maintien au pouvoir du chef de l’Etat. /Photo prise le 29 février 2004/REUTERS

Opposants arrêtés par des soldats vénézuéliens, lundi 1er mars 2004, à Caracas

Compte tenu du cynisme de ces méthodes, on est en droit de se demander si la CIA ne serait pas également derrière certains attentats commis au Moyen Orient ; dans le but de justifier continuellement la présence des troupes américaines d’occupation sous prétexte de "pacification" du pays.

Frank BRUNNER

Des Irakiens prient à Bagdad devant le cercueil de Fadis Hadi, 15 ans, victime d’un des attentats coordonnés qui ont fait au moins 170 morts mardi à Bagdad et à Kerbala, ville sainte où des millions de Chiites étaient massés pour un deuil religieux. C’est la journée la plus sanglante qu’ait connu l’Irak depuis la chute de Saddam Hussein. /Photo prise le 3 mars 2004/REUTERS

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, et si vous souhaitez promouvoir la politique d’intérêt général qu’il préconise, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Frank BRUNNER

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source