retour article original

dimanche 20 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (12ème partie) : De juin 2005 à décembre (...)
AFP, 28 novembre 2005

Proche Orient : Le gouvernement israélien bafoue ses propres engagements et les décisions de la Cour suprême


L’auteur d’un rapport officiel, publié il y a un an et dénonçant les colonies sauvages, créées sans autorisation par Israël en Cisjordanie occupée, a déclaré, lundi 28 novembre 2005, que rien n’avait été fait, depuis, pour les démanteler.


"Rien n’a été fait pour les enlever contrairement à tous les engagements" des autorités de les démanteler, a déclaré à la radio publique l’avocate Talia Sasson, chargée, en 2004, par le Premier ministre, Ariel Sharon, d’examiner le statut juridique de ces points de colonisation. Dans ce rapport, cette ancienne responsable au ministère de la Justice relevait que les autorités, et en particulier le ministère de la Défense, fournissaient en sous-main un appui massif aux colonies sauvages. L’armée garde ces colonies sauvages, le ministère des Infrastructures leur fournit l’électricité et le ministère de l’Education y finance des jardins d’enfants, indiquait le rapport. "Il est particulièrement regrettable d’entendre que les autorités n’ont apparemment pas l’intention de démanteler Amona", a-t-elle souligné, en référence à la principale colonie sauvage de Cisjordanie.

La Cour suprême d’Israël a exigé, jusqu’à présent sans effet, le démantèlement d’Amona, où vingt-cinq familles se sont installées sur des terres privées palestiniennes, près de Ramallah. En décembre 2003, l’actuel ministre de la Défense Shaoul Mofaz avait annoncé le tout prochain démantèlement d’Amona. Selon la radio publique, le ministère de la Défense a proposé aux colons de quitter cette implantation dont les maisons seraient ensuite murées, mais non détruites, contre une promesse de maintenir d’autres colonies sauvages. Le ministère n’envisage pas, de toutes les façons, de démantèlement avant les élections législatives israéliennes, le 28 mars 2006, selon cette source.

Une centaine de colonies sauvages sont toujours en place, en Cisjordanie, malgré l’engagement d’Israël à les démanteler, selon le mouvement anti-colonisation israélien La Paix Maintenant. Selon cette même source, cinquante-et-un de ces avant-postes ont été construits après l’entrée en fonctions de M. Sharon, en mars 2001. Officiellement, on ne fait mention que de vingt-huit colonies "non autorisées" construites depuis cette date, les autres ayant obtenu a posteriori leur aval.

M. Sharon s’était engagé à démanteler toutes les colonies sauvages créées depuis son accession au pouvoir, conformément à la Feuille de route, le dernier plan international de règlement du conflit israélo-palestinien. La communauté internationale considère les implantations juives dans les territoires palestiniens occupés comme illégales, qu’elles aient ou non été approuvées par le gouvernement israélien. Washington a exprimé à plusieurs reprises son impatience face au maintien des colonies sauvages.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source