retour article original

dimanche 23 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Côte d’Ivoire (2ème partie) : Du 10 janvier 2005 au 28 décembre (...)
Reuters, 30 novembre 2005

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro veut une nouvelle résolution de l’ONU


ABIDJAN (Reuters) - Guillaume Soro, chef de file de ex-rebelles ivoiriens des Forces nouvelles, a adressé une lettre au secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, pour l’inviter à envisager une nouvelle résolution fondée sur un partage des pouvoirs pour sortir le pays de l’impasse politique.


Le mandat du président ivoirien, Laurent Gbagbo, a pris fin le 30 octobre 2005, mais la résolution adoptée ce mois-là par le Conseil de sécurité de l’ONU l’a prolongé pour une durée maximum d’un an, afin de lui permettre de préparer des élections en compagnie d’un Premier ministre de consensus qui aura tout pouvoir pour faire appliquer le désarmement des milices et les réformes électorales. Or, gouvernement et rebelles ne sont pas parvenus à s’entendre sur le nom de ce Premier ministre, malgré les efforts du président nigérian, Olusegun Obasanjo, et de ses homologues sud-africain et nigérien, Thabo Mbeki et Mamadou Tandja, médiateurs de la crise, qui ont tenté en vain d’arracher un accord, la semaine dernière, à Abidjan.

Guillaume Soro, lui-même prétendant au poste de Premier ministre, attribue l’échec de la résolution à son imprécision et à l’absence de discussions en amont. "La première grave erreur réside dans la reconnaissance comme chef de l’Etat, par la communauté internationale, de M. Laurent Gbagbo, après l’expiration de son mandat, le 30 octobre 2005, sans aucune consultation des acteurs politiques, encore moins du peuple ivoirien", écrit-t-il dans sa lettre à Kofi Annan, datée du 26 novembre 2005, dont Reuters a obtenu une copie. "Au total, l’échec des médiateurs dans la nomination du nouveau Premier ministre du gouvernement de réconciliation nationale relève exclusivement de l’ambiguïté et de la mauvaise écriture de la résolution 1633. "De prime abord, il nous apparaît primordial d’adopter une nouvelle résolution sur la Côte d’Ivoire. Cette résolution, à la différence de la dernière, devra opter pour un schéma de transition simple, clair et précis", insiste Guillaume Soro, qui propose trois scénarios.

Le premier envisage la suspension de la Constitution et sa propre désignation au poste de Premier ministre de transition, Laurent Gbagbo conservant la présidence. Dans le deuxième, il se propose de servir en tant qu’adjoint d’un chef de gouvernement désigné par les deux parties et dans le troisième, il propose d’assumer le rôle inédit de vice-président.

Le chef politique des Forces nouvelles met par ailleurs en cause le rôle de Pierre Schori, représentant spécial de Kofi Annan en Côte d’Ivoire. "Si la tâche de leurs Excellences, Olusegun Obasanjo, Mamadou Tandja et Thabo Mbeki n’a pas été aisée, il convient aussi de relever le manque d’entregent et d’initiative de votre représentant spécial, M. Pierre Schori, qui n’a fait aucune démarche pour rapprocher les positions des acteurs politiques ivoiriens et n’a nullement préparé le terrain, avant l’arrivée de leurs Excellences", déplore-t-il.

Reuters

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source