retour article original

vendredi 24 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Etats-Unis (7ème partie) : De janvier 2005 à décembre (...)
24 heures.ch, 1er décembre 2005

Etats-Unis : « J’ai reçu une formation de tueur psychopathe »


Jimmy Massey a servi douze ans dans le corps des marines, comme instructeur, recruteur, puis sergent-chef en Irak. Il publie un livre choc. « Honorablement rendu à la vie civile », en décembre 2003, pour cause de stress post-traumatique, le sergent Massey ne cesse, depuis, de dénoncer les exactions commises avec son peloton en Irak. Dans Kill ! Kill ! Kill ! il raconte son enrôlement dans les marines et l’insensibilisation des jeunes recrues.


Durant la Seconde Guerre mondiale en effet, 15 % seulement des soldats américains ont appuyé sur la détente. L’entraînement des troupes, après ça, a porté sur la jouissance qu’il y a à flinguer et la déshumanisation de l’ennemi, militaire ou civil. Résultat : au Vietnam, 90 % ont tiré. « J’ai 32 ans et j’ai reçu une formation de tueur psychopathe. (...) La douleur me fait bander », confirme le marine. Sans détour, le livre évoque les manœuvres du recrutement -promesses financières, blanchissement de casiers judiciaires, dissimulation de problèmes médicaux-, les tueries, les bavures, les prostituées. Les éditeurs et les journaux américains n’ont pas voulu de l’histoire de Jimmy Massey. Trop crue. L’armée a « nié les allégations » du jeune homme. Trop dérangeantes.

« J’étais prêt à faire n’importe quoi pour envoyer mes trois recrues au camp d’entraînement tous les mois. Si le gars me disait qu’il voulait participer aux Jeux olympiques, je lui racontais que le médaillé d’or des derniers Jeux d’été était membre du corps des marines. Je traînais principalement dans les boutiques de musique pour aborder les gamins. J’ai dû dépenser des milliers de dollars en CD. (...) J’avais un bouledogue, Tank Balls. (...) Je réservais un petit numéro aux gamins qui venaient à mon bureau. Je leur demandais d’ouvrir un tiroir et de prendre un pistolet en plastique qui s’y trouvait. J’avais entraîné Tank à sauter sur les gamins à ce moment précis, puis je l’arrêtais juste avant qu’il ne morde. Le message subliminal restait le même : « Tu as vu le pouvoir que j’ai ? Tu peux en avoir autant. »

« Je savais qu’on leur avait aussi tiré dans le dos : certains d’entre eux rampaient et leurs vêtements blancs avaient viré au rouge. La 5,56 des M16 est une balle méchante : elle ne tue pas sur le coup. Par exemple, elle peut entrer dans la poitrine et ressortir par le genou en déchirant tous les organes internes sur sa route. Mes gars sautaient dans tous les sens. (...) Ils se donnaient des tapes dans le dos en échangeant des « super boulot » mais ils étaient frustrés parce que certains manifestants avaient quand même réussi à s’enfuir. Je voulais continuer à tirer, je n’arrêtais pas de me dire : « Mon Dieu, il doit y en avoir d’autres. C’était comme de manger la première cuillerée de votre glace préférée. On en redemande. »

Le capitaine s’est dirigé vers moi et m’a demandé, très posément :

- "Vous allez bien, sergent-chef ?"

- "Non, capitaine. Ça ne va pas."

- "Pourquoi ?"

J’ai répondu sans hésitation :

- "Parce que c’est une mauvaise journée. On a tué beaucoup de civils innocents."

- "Non. C’est une bonne journée.+

Kill ! Kill ! Kill !, Jimmy Massey avec Natasha Saulnier (journaliste),

Editions Panama, octobre 2005,

386 pp.

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source