retour article original

mardi 25 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption L’affaire "Pétrole contre nourriture"
Le Monde, 7 décembre 2005

Corruption : New Delhi tente de se dépêtrer du scandale "Pétrole contre nourriture"

par Françoise CHIPAUX


Vue de Delhi

Ecarté de son poste de ministre des affaires étrangères mais maintenu au gouvernement, le 7 novembre, après sa mise en cause dans le scandale "Pétrole contre nourriture", Natwar Singh devrait soumettre sa démission au premier ministre indien, mercredi 7 décembre 2005.

India


C’est à Moscou, où il effectue une visite officielle consacrée aux besoins énergétiques du pays, que le chef du gouvernement, Manmohan Singh, a appris qu’il allait enfin pouvoir remplacer son chef de la diplomatie. Un porte-parole de la formation politique des deux hommes, le Parti du Congrès, qui domine la coalition gouvernementale, en a fait l’annonce après un entretien entre Natwar Singh et la présidente du Congrès, Sonia Gandhi, dans la nuit de lundi 5 décembre à mardi 6 décembre 2005. Cette démission était réclamée par l’opposition nationaliste hindoue du Parti du peuple indien (BJP), qui avait décidé, pour l’obtenir, de bloquer les travaux du Parlement. Très proche de Sonia Gandhi et fidèle du Congrès depuis son entrée en politique, Natwar Singh, 74 ans, a jeté l’éponge après avoir été exclu du comité directeur du parti -un signe évident qu’il ne bénéficiait plus du soutien de Mme Gandhi.

Manmohan Singh

Cité dans le rapport Volcker pour avoir reçu du régime de Saddam Hussein 4 millions de barils de pétrole, M. Singh réfute toute implication dans le scandale. Mais sa défense s’est effondrée à la suite des accusations portées par l’un de ses plus proches collaborateurs. Dans un entretien publié samedi 3 décembre 2005, Aneel Mathrani, qui avait accompagné M. Singh à Bagdad en 2001, affirmait que les Irakiens avaient "récompensé" le ministre pour des "services personnels".

Natwar Singh

La démission de M. Singh ne met pas fin à la crise, le Parti du Congrès étant lui aussi accusé d’avoir reçu 4 millions de barils de pétrole. Menée par le président du BJP, L. K. Advani, l’opposition demande la démission de Sonia Gandhi de son poste de présidente du National Advisory Council (un organe chargé de veiller à la réalisation du Programme national minimum commun signé par le parti avec ses alliés), qui lui donne rang de ministre.

Sonia Gandhi

"Le Congrès est impliqué, Natwar est juste un bouc émissaire", a affirmé, lundi 5 décembre 2005, M. Advani. Il souligne que cette affaire, survenue après les révélations d’un ancien archiviste du KGB, montre que "certains partis et responsables n’ont pas de problèmes à utiliser l’argent de l’étranger pour leur politique intérieure". En septembre 2005, l’ouverture d’archives du KGB avait montré comment, dans les années 1970, les services secrets russes avaient ainsi pénétré le système indien. Le pays était alors dirigé par Indira Gandhi (belle-mère de Sonia), souvent considérée comme la première chef du gouvernement à avoir institutionnalisé la corruption politique.

Françoise CHIPAUX

L.K. Advani

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Françoise CHIPAUX

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source